•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doit-on protéger ou manger les bernaches du Canada?

Les bernaches du Canada qui nichent saison après saison aux ïles de Varennes

L’ensemble de l’espèce est en croissance partout sur le territoire nord-américain, et on en dénombre près de 8 millions au Canada, selon la Fédération canadienne de la faune.

Photo : Laurent Boursier

Pour freiner la croissance du nombre de bernaches du Canada, la ville de Denver au Colorado vient de mettre en place une initiative visant à en offrir la viande aux familles dans le besoin. Une mesure de contrôle qui n’est pas prête à voir le jour, entre autre, à Vancouver, malgré que la ville soit confrontée à un problème de surpopulation similaire.

Aux États-Unis, la bernache du Canada est protégée en vertu de la Loi sur les oiseaux migrateurs. Or, la ville de Denver a obtenu l'accord des autorités gouvernementales fédérale et de l'État pour abattre jusqu'à 2200 de ces oiseaux sur l’ensemble du territoire du Colorado.

La viande est donnée à des familles dans le besoin, et est sans danger pour la consommation humaine.

Suzanne Bond, département de l'Agriculture des États-Unis

Une co-habitation difficile

À Vancouver, la Commission des parcs estime qu'il y aurait environ 2500 bernaches qui fréquentent les nombreux parcs de la ville.

La municipalité représente un espace de vie idéal, car la chasse y est interdite et très peu de prédateurs s’y trouvent. Cependant, certains défis surgissent dont la circulation routière au travers des bernaches.

La faune qui s’aventure sur la route peut représenter un danger pour les usagers, indique le sergent Jason Robillard, porte-parole de la police de Vancouver. Il affirme que l’importante population d'outardes ne représente toutefois pas un problème majeur pour la sécurité routière, outre les ralentissements.

Une surpopulation problématique

La porte-parole du Département de l'Agriculture des États-Unis, Suzanne Bond, cite en exemple les collisions aériennes, l’encombrement des espaces publics et les risques de maladies comme étant des problèmes nécessitant des mesures de contrôles.

Deux bernaches dans un stationnement.

Les bernaches peuvent être observées en milieu urbain un peu partout au Canada.

Photo : Radio-Canada / CBC/Kirk Fraser

Pour Jacques Sirois, ornithologue et représentant du Refuge d'oiseaux du havre de Victoria, les bernaches sont devenues résidentes, non plus migratoires, et elles sont devenues envahissantes.

C'est une augmentation phénoménale du nombre de bernaches dans la région, et c'est devenu un problème, une invasion.

Jacques Sirois, ornitologue et représentant du Refuge d'oiseaux du havre de Victoria

Même s’il croit que les bernaches du Canada sont des oiseaux spectaculaires qui ont une histoire extrêmement intéressante, Ted Cheskey, directeur naturaliste pour l'organisme Nature Canada, reconnaît que la gestion de leur nombre grandissant représente un réel défi.

Elles peuvent être la source de conflits et de problèmes dans les municipalités où les adultes n'ont pas de vrais prédateurs.

Ted Cheskey, naturaliste et spécialiste de la conservation des oiseaux

Une responsabilité fédérale

La Commission des parcs de Vancouver, responsable de la gestion des bernaches sur son territoire, rejette l’idée que la ville puisse instituer une initiative comme celle de la ville de Denver en raison de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

La Commission des parcs doit respecter ses règles et ses normes» dit l’un de ses membres.

Stuart Mackinnon, Commissaire des parcs de Vancouver
Des bernaches

Au Canada, les bernaches sont protégées en vertu de la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

Photo : iStockphoto

Ted Cheskey suggère aux Britanno-Colombiens d'entamer un dialogue avec les citoyens du Colorado; espérons que nous pouvons tous apprendre de l’expérience de Denver dit-il.

En collaboration avec Alexandre Milette-Gagnon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !