•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La panne de Facebook dévoile comment les algorithmes étiquettent vos photos

Une capture d'écran de la page Facebook de Radio-Canada Information montrant la description textuelle des photos qui devraient s'y trouver.

Les images hébergées par Facebook ont été remplacées par leur texte de remplacement fourni par un algorithme de vision artificielle.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

On a rarement l’occasion de constater l’ampleur des informations extraites de nos photos par des algorithmes. L’importante panne des plateformes de Facebook mercredi en donne toutefois un aperçu aux internautes.

La panne de mercredi touche à des degrés divers Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger. Un problème empêchant l’affichage des photos est l’un des principaux pépins rencontrés par les utilisateurs.

Les images ne s’affichant pas correctement, elles sont remplacées par leur texte de remplacement, une description du contenu de l’image. Cet attribut des photos est largement utilisé sur le web pour permettre aux personnes ayant des problèmes de vision et utilisant un lecteur d’écran de pouvoir connaître la nature des images affichées. Cette description est différente de la légende, qui accompagne parfois une image et qui est visible en tout temps.

Dans bien des cas, le texte de remplacement d'une photo est rédigé par un être humain. Ce n’est toutefois pas le cas sur Facebook et sur ses autres plateformes, où le texte est écrit par un algorithme capable de reconnaître ce qui se trouve sur les photos.

C’est pourquoi si vous naviguez sur Facebook ou Instagram pendant la panne, les photos de vos contacts seront remplacées par des phrases ressemblant à ceci : « L’image peut contenir : ciel, gratte-ciel, arbre, pont, plein air et nature », ou encore « L’image peut contenir : 22 personnes, personnes qui sourient ».

Dans certains cas, le nom des personnes se trouvant dans les photos peut aussi apparaître, si l’algorithme de reconnaissance faciale de Facebook croit les avoir reconnues.

Bien que ces informations soient utiles aux personnes malvoyantes, elles soulèvent des questions en ce qui a trait à la protection de la vie privée. On ignore notamment si Facebook utilise la vision artificielle pour deviner des informations sur les utilisateurs.

Par exemple, si une personne met souvent en ligne des photos contenant un chien, les systèmes de Facebook pourraient conclure que cette personne est la propriétaire de cet animal. Les algorithmes du réseau social servant à présenter des publicités ciblées pourraient alors se servir de cette information pour afficher des publicités pour de la nourriture ou des jouets pour chien.

Facebook mise gros sur ses algorithmes de vision artificielle sur l’ensemble de ses applications. Des textes de remplacement sont générés automatiquement sur ses plateformes depuis 2015 (Nouvelle fenêtre). En 2017, l’entreprise a mis à jour (Nouvelle fenêtre) ses outils servant à rédiger ces descriptions afin de les rendre plus efficaces.

Avec les informations de The Verge, Buzzfeed News, et TechCrunch

Intelligence artificielle

Techno