•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 3e saison de Stranger Things sera plus effrayante, dit l’acteur canadien Finn Wolfhard

Un jeune homme et une jeune femme sont assis, les jambes croisées, sur un matelas.

Mike et Eleven dans une des scène de la troisième saison de Stranger Things

Photo : Netflix

Radio-Canada

Dans une entrevue accordée à CBC, l'acteur canadien Finn Wolfhard, qui interprète Mike Wheeler dans la série à succès Stranger Things, promet que la troisième saison sera plus sombre que les deux précédentes. Celle-ci sera officiellement mise en ligne sur Netflix jeudi.

L'acteur de 16 ans, originaire de Vancouver, a révélé à quoi pourront s’attendre les téléspectateurs pour cette nouvelle saison.

Honnêtement, si vous ne pouviez pas gérer les ténèbres de la saison 2, vous ne pourrez probablement pas gérer les ténèbres de la saison 3 ... Ce n'est pas comme dans Rosemary's Baby, mais c'est plutôt effrayant.

Finn Wolfhard affirme que la nouvelle saison, qui remet de l’avant les aventures de Will (Noah Schnapp), de Mike (Finn Wolfhard), de Dustin (Gaten Matarazzo), de Lucas (Caleb McLaughlin) et d'Eleven (Millie Bobby Brown), est une sorte de « reflet de la dernière saison », mais où tout est amplifié. Dans cette nouvelle virée dans Le monde à l’envers (The Upside Down), on plonge toutefois davantage dans la comédie, la romance et l’aventure.

« Je suis vraiment très fier de ça. C'est ma saison préférée jusqu'à présent. J'espère que tout le monde le pensera aussi », indique l'acteur.

Pour éviter les divulgâcheurs au sujet des deux premières saisons, nous vous recommandons d’éviter la prochaine section du texte.

Le mal ne disparaît jamais

On sait que Will Buyers a été rescapé du Monde à l’envers à la fin de la toute première saison et que le traumatisme de son passage dans les ténèbres continue de le hanter tout au long de la seconde.

Les épisodes de la deuxième saison nous laissent d’ailleurs comprendre que le Demargorgon est de plus en plus énergivore pour Eleven  – ou Jane, parce qu’elle y découvre que c’est ainsi qu’elle se prénomme –, et que chaque victoire contre le monstre rend ses résurrections plus cruelles.

Une jeune fille regarde vers la caméra avec un regard perturbé, au devant de ses quatre amis, qui se tiennent debout derrière elle.

L'actrice Millie Bobby Brown reprend son rôle d'Eleven dans la troisième saison de la série Stranger Things.

Photo : Netflix

Les nouveaux épisodes, qui seront disponibles sur Netflix dès jeudi, montreront les principaux protagonistes en 1985, en plein cœur des vacances d’été.

Malgré un court hiatus des créatures diaboliques, la bande d’adolescents se bute à un nouvel obstacle : l’amour. Avec une complicité ébranlée, le groupe devra (encore) affronter les dangers qui rôdent dans Hawkins, malgré les embûches et les tiraillements, parce que le mal, contrairement à l’amour, ne disparaît jamais.

Nostalgie des années 80

Pour plusieurs, la série Stranger Things est surtout attrayante parce que son monde rappelle l’univers et la direction artistique des films et émissions de la décennie 1980 – que l’on parle du classique E.T., l’extra-terrestre, de Rencontres du troisième type, etc.

Né plus de 20 ans après la sortie de telles œuvres, l’acteur Finn Wolfhard soutient qu’il s’identifie tout de même à ces années, et c’est aussi pourquoi il se considère privilégié de pouvoir travailler sur la série écrite par les frères Ross et Matt Duffer.

Il y a quelque chose dans cette décennie à propos de l'indépendance individuelle, de la liberté. Les enfants pouvaient faire du vélo et rentrer chez eux plus tard. Le téléphone cellulaire n’existait pas; vous pouviez vous perdre et vivre une aventure sans que vos parents deviennent morts d’inquiétude.

Finn Wolfhard

J'ai grandi en regardant tous ces films. Je suis tellement habitué à voir ces coiffures, ces vêtements, à écouter cette musique typique, soutient-il.

Avec les informations de CBC

Télé

Arts