•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau caricaturiste de Brunswick News se désiste

Le caricaturiste néo-brunswickois Michael de Adder au travail.

Michael de Adder assure que plusieurs de ses dessins de Donald Trump ont été censurés par Brunswick News.

Photo :  CBC / Mairin Prentiss

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le remplaçant de Michael de Adder, le caricaturiste mis à la porte par Brunswick News plus tôt cette semaine, vient de se désister. C'est le deuxième caricaturiste qui dénonce l'attitude de Brunswick News - propriétaire de tous les quotidiens anglophones du Nouveau-Brunswick.

Les caricatures de Greg Perry devaient remplacer celles de Michael de Adder dans les pages éditoriales de Brunswick News. En pleine tourmente autour du départ de son prédécesseur, Greg Perry a finalement décidé de ne pas se joindre à cette équipe.

Au cours du long week-end, j’ai été victime d’attaques sur les réseaux sociaux, après que Brunswick News eut utilisé mon nom pour expliquer [le départ de Michael de Adder]. J’ai avisé Brunswick News qu’il serait préférable qu’elle se trouve une autre personne pour dessiner ses caricatures, indique Greg Perry.

Il fait référence à la tempête suscitée, dans les médias sociaux, par le renvoi de Michael de Adder. Ce dernier, caricaturiste depuis 17 ans pour Brunswick News, a dénoncé la censure dont il s’est dit l’objet. M. de Adder soutient d’ailleurs que c’est un dessin de Donald Trump, devenu viral dans les médias sociaux, qui a précipité l’annulation de son contrat.

La caricature en question montre le président Trump à côté de sa voiturette de golf, fixant deux migrants morts au sol.

Un caricaturiste du Nouveau-Brunswick aurait été congédié après avoir réalisé ce dessin de Trump.

Photo : Michael de Adder / Facebook

Quelques jours plus tard, Brunswick News soutient toujours qu'il n'a pas remercié Michael de Adder pour cette raison, mais bien à la suite de longues réflexions. Pour appuyer ces faits, l'entreprise a indiqué qu'elle était en processus d'embauche d'un nouveau caricaturiste, Greg Perry, depuis déjà plusieurs semaines.

Greg Perry confirme qu'il a bel et bien été approché par Brunswick News pour un emploi au sein du groupe de presse au début de juin, soit bien avant la sortie du dessin controversé de Michael de Adder.

Il raconte qu'il n'avait pas tout de suite accepté l'offre, mais qu'il avait fini par accepter.

Vendredi dernier, avant le congédiement de Michael de Adder, Greg Perry affirme que Brunswick News lui a demandé quelques croquis déjà achevés « au cas où elle en aurait besoin ».

Toutefois, avec la controverse des derniers jours entourant le caricaturiste de Adder, Greg Perry a décidé de se désister et de ne pas accepter le poste en question.

Malgré son malaise face à cette situation, Brunswick News a insisté, raconte-t-il, pour publier quand même les dessins qu'il avait envoyés le vendredi précédent. Il n'était pas d'accord.

M. Perry a raconté à CBC qu'il se trouve maintenant dans une situation indésirable, où lui-même et son travail sont critiqués ouvertement sur les médias sociaux.

« Tout ça pour un emploi qui paie autant par mois qu'un emploi au supermarché », ajoute-t-il.

Dans une déclaration écrite, Brunswick News maintient fermement qu’elle n’a pas congédié Michael de Adder pour ces raisons. Le groupe de presse - propriété de la familleIrving - indique que le dessin de Donald Trump n’a rien à voir avec sa décision de changer de caricaturiste.

La désinformation, dans cette ère de fausses nouvelles, renforce la nécessité d’avoir du journalisme local de qualité qui présente la vérité à ses lecteurs, peut-on lire dans la déclaration.

Dans une deuxième déclaration publiée mercredi soir, Brunswick News affirme apporter tout son soutien au caricaturiste Greg Perry à la suite des attaques personnelles dont il a été victime sur les réseaux sociaux.

C'est un caricaturiste très talentueux qui a été visé de façon malicieuse par les fausses informations qui ont explosé sur les réseaux sociaux ces derniers jours, peut-on lire dans le communiqué.

Avec les renseignements de Camille Bourdeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !