•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rosalie et Mario, ou trouver l'âme soeur à 17 ans

Cet été, Jhade Montpetit part à la rencontre de couples dont les histoires s'avèrent autant d'hymnes à l'amour qui dure.

Rosalie et Mario souriant

Rosalie et Mario Roy sont ensemble depuis maintenant 22 ans.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Jhade Montpetit

Elle, c’est Rosalie, et lui, Mario. Ils ont à peine 40 ans et sont unis depuis l’école secondaire. Si vous faites le calcul, ça veut dire qu’ils ont passé plus de la moitié de leur vie ensemble. La preuve que c’est encore possible de nos jours! Mais comment y arrive-t-on? Quelle est la recette? (Patience, on y viendra…)

Je disais donc… Après 22 ans de vie de couple, Rosalie et Mario sont toujours amoureux, on ne peut plus complices et désormais parents de trois beaux garçons.

La vie a été généreuse envers eux, elle leur a donné de grandes joies, bien que le ciel se soit récemment assombri (mais ça aussi, on y reviendra).

L’amitié

Rosalie et Mario avaient 15 ans lorsqu’ils se sont rencontrés.

Deux adolescents, l’école secondaire Louis-Riel à Ottawa, une classe de science… Les studieux en avant, les tannants en arrière.

À première vue, le décor est planté.

Rosalie est une sportive. Elle l’a toujours été. À l’école, elle était de tous les événements, sportifs, sociaux, culturels!

Extravertie et sociable (tannante?), elle prenait souvent place au fond de la classe, là où on pouvait discuter et rigoler plus librement, à l’abri des gros yeux et des sourcils froncés des professeurs... jusqu’à ce qu’elle réalise que certaines notions académiques commençaient à lui échapper.

J’ai pris la décision responsable de changer de pupitre en passant de la dernière rangée, avec mes amis, à la première rangée. Il y avait une place disponible... C’était juste à côté de Mario.

Rosalie

Coup de chance, l’élève qui s'asseyait habituellement à la droite de Mario était absent ce jour-là (*on le remercie, où qu’il soit!).

Il faut le dire, rien ne prédestinait nos (pas encore) tourtereaux à former un couple. Mario était timide, réservé, et Rosalie, une véritable dynamo. Mais tout le monde sait que, parfois, la science fait de la magie!

Je le taquinais souvent en classe et il m’expliquait les éléments que je n’avais pas saisis en cours.

Rosalie

Cette amitié s’est poursuivie jusqu’en 12e année. Puis... Rosalie a tenté une première approche.

On peut voir une photo de Rosalie et Mario en noir et blanc.

La photo de Rosalie (à gauche) et Mario (à droite) dans leur album de finissant respectif.

Photo : Radio-Canada

Je me suis lancée à l’eau : j’ai décidé de lui écrire un message dans son album de fin d’année pour lui proposer qu’on aille au bal des finissants ensemble , confie Rosalie.

Le message allait, dans l'essence, comme suit : Si t’as personne avec qui y aller, on pourrait y aller ensemble.

Les mots sont écrits au stylo; il s'agit d'une invitation pour aller au bal de finissant.

Le fameux mot écrit par Rosalie, dans l'album de finissant de Mario

Photo : Radio-Canada / David Richard

Il faut dire que l’absence d’un ou deux mots-clefs ont laissé Mario perplexe… Y aller ensemble? Mais où?

Je n’avais aucune idée de ce à quoi elle faisait référence, se souvient Mario (qui nous avouera un peu plus tard que sa timidité l’a peut-être empêché de bien lire entre les lignes).

Il n’a pas donné suite au message de son amie. Rosalie est donc allée au bal avec un autre garçon. Et l’histoire aurait pu se terminer ainsi.

Mais Rosalie est tenace et n’avait pas dit son dernier mot! Quelques mois plus tard, j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai demandé de me téléphoner.

C’était en 1996. Ils avaient 17 ans. Ils sont ensemble depuis.

Puis, la vie a suivi son cours. Ce fut l’université, la maison, le mariage (à 23 ans!) et les enfants.

Rosalie est déguisée en fleur et Mario en abeille à l'occasion d'un party d'Halloween.

Rosalie et Mario Roy lors d'un party d'Halloween alors qu'ils étaient étudiants à l'Université d'Ottawa.

Photo : Gracieuseté Rosalie Roy

À 30 ans, Rosalie et Mario avaient déjà trois beaux garçons : Yanick, Hugo et Laurent, qui ont aujourd'hui respectivement 14, 13 et 10 ans.

Leur bonheur était complet… Or, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et, parfois, elle nous fait de sérieuses jambettes.

En février 2017, une terrible nouvelle leur est tombée dessus. Hugo, alors âgé de 10 ans, a reçu un diagnostic de leucémie aiguë lymphoblastique. Un véritable choc pour toute la famille.

Hugo, c’est mon champion, parce que, à travers le traitement, il a toujours été positif… Il a lutté très fort.

Mario

Et il lutte toujours. Hugo suit des traitements de chimiothérapie depuis février 2017.

Rosalie nous disait, au moment de nous quitter, que lorsqu’une personne termine ses traitements de chimiothérapie, elle peut enfin sonner la « cloche de la victoire », un symbole très fort qui signifie la fin des traitements et, on l’espère, le début d’une rémission. Hugo devrait sonner la sienne — SA cloche! — en 2020.

Une épreuve pour le couple

Il va sans dire qu’un tel diagnostic, et tout ce qui en découle, comme l’explique Rosalie, ça bouscule le couple avant de le souder.

Dès l’annonce de la maladie d’Hugo, sa mère met sa carrière en veilleuse pour l’accompagner à ses nombreux rendez-vous à l’hôpital. Mario, lui, prend le relais auprès des enfants lorsqu’il rentre à la maison le soir.

C’est déjà difficile, par moment, de garder son couple en premier plan. quand on a trois enfants actifs. Mais quand l’un d’eux tombe gravement malade, le couple n’est plus prioritaire. Un enfant se bat pour sa vie. C’est là, la priorité.

Rosalie

Même le début de notre relation le démontre. On n’est pas fait pareils [Mario et moi]. Moi, je me renferme. Je fais ce qui doit être fait. Je n’y pense pas, parce que si j’y pense, je pleure, renchérit Rosalie.

Rosalie est debout à gauche et Mario est debout à droite.

Rosalie et Mario de nos jours.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Nous avons eu des hauts dans notre vie et nous avons eu des bas profonds. Je me suis renfermé un p’tit peu plus. J’ai moins sorti… Ça m’a frappé un peu plus sur le côté émotionnel… [...] plus… presque une dépression.

Mario

Les plans, les projets, les voyages : tout ça est mis sur la glace le temps que Hugo guérisse. Les moments de retrouvailles sont rares pour les amoureux. La famille passe avant tout. En attendant que l’eau du fleuve redevienne calme, ils se serrent les coudes, ils s’épaulent, ils font équipe.

Ce n’est pas toujours facile. Des fois, j’ai besoin d’être seule et, des fois, c’est lui qui a besoin de se retrouver entre amis, où les conversations sont légères et enjouées. Mais on se retrouve toujours dans les bras l’un de l’autre. Ma place sécuritaire, ma place préférée, là où je peux me laisser aller, c’est entre ses bras.

Rosalie

Le secret de leur longévité

Moi, mes amours : Rosalie et Mario

Oh! J’allais oublier! Et la recette du bonheur, dans tout ça?

Parce que, oui, c’est magnifique de trouver son grand amour sur les bancs d’école… mais comment fait-on pour rester amoureux — je veux dire vraiment amoureux! — quand on est en couple depuis 22 ans et qu’on s’est connus si jeunes?

C’est une bonne question… Je pense que si j’avais la réponse, je pourrais vendre des livres! répond Rosalie en riant.

Et moi, je l’achèterais.

Ottawa-Gatineau

Famille