•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dispositif contre l'insuffisance cardiaque testé pour la première fois à Montréal

Le procédé baptisé Ventouch

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Institut de cardiologie de Montréal a testé pour la première fois un tout nouveau dispositif médical qui pourrait faire des merveilles pour traiter l'insuffisance cardiaque, un problème qui afflige des millions de personnes en Amérique du Nord.

Baptisé le VenTouch, le procédé a été conçu aux États-Unis, mais il a connu quelques modifications grâce aux conseils de l'équipe du Dr Denis Bouchard, chirurgien cardiologue à l'Institut de cardiologie de Montréal.

Au lieu de l'approche classique – ouvrir le patient, le brancher sur un cœur artificiel et remplacer les éléments défaillants –, ce nouveau dispositif consiste à enrober le cœur qui peine à pomper le sang d'un filet taillé sur mesure.

Durant l'intervention, réalisée par une simple incision, on l'insère d'abord à l'extrémité du cœur du patient, puis on y ajoute des ballonnets, qui permettront dans les mois suivants d'ajuster le dispositif.

La procédure chirurgicale vise à engainer le cœur, comme avec un bas de nylon ou avec un appareillage qui tend à le contenir et à l'empêcher de se dilater davantage.

Dr Denis Bouchard, chirurgien cardiologue, Institut de cardiologie de Montréal

« On laisse le tout guérir, devenir adhérent au myocarde – donc adhérent au cœur – et dans un deuxième temps, quand tout est bien adhérent [...], on va venir gonfler de façon très précise les différents ballonnets qui viennent avec l'appareillage jusqu'à ce qu'on l'ait ajusté parfaitement », explique le Dr Bouchard.

Une fois en place, le dispositif permet à la valve défectueuse de se refermer efficacement, au cœur de reprendre ses dimensions normales et au patient de retrouver son souffle.

Une première au Québec et dans le monde

Souffrant d'un problème cardiaque grave et inopérable, en raison d’une valve qui laissait échapper du sang, qui déformait son cœur et qui, ultimement, menaçait ses jours, Francine Désilets a soupesé les risques et accepté de se prêter à cette opération.

Avant elle, une telle intervention n'avait jamais été tentée ni au Québec ni ailleurs dans le monde.

« Avant l'opération, j'étais toujours épuisée, je faisais mon travail pareil, mais j'étais toujours fatiguée », témoigne Mme Désilets.

« Je me suis dit là, au point où je suis rendue, aussi bien de donner un coup de cœur. Fait que j'ai donné un coup de cœur », ajoute-t-elle.

Depuis, Mme Désilets reprend tranquillement son quotidien. « Et puis l'après-midi, je suis comme les vieilles : je tape un petit somme et après ça je suis correct », plaisante-t-elle.

Selon le Dr Bouchard, si les premiers essais cliniques sont un succès, le dispositif pourrait rendre service à un grand nombre de patients.

« La même situation que notre patiente, c'est une énorme problématique cardiologique, on parle de millions de patients en Amérique du Nord présentement non traités, car trop malades », explique le Dr Bouchard.

Le VenTouch a été installé récemment et avec succès sur une deuxième patiente.

D'après le reportage de Normand Grondin

Recherche médicale

Santé