•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kaven Deslauriers réintègre la police de Trois-Rivières

Kaven Deslauriers marche au palais de justice de Trois-Rivières.

Kaven Deslauriers, au palais de justice de Trois-Rivières en octobre 2016

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le policier reconnu coupable de voies de fait lors de l’arrestation d’Alexis Vadeboncoeur revêtira à nouveau l’uniforme de la police de Trois-Rivières. Kaven Deslauriers, qui a obtenu une absolution conditionnelle, sera en poste vers la mi-août.

Il est le seul des quatre policiers à avoir été reconnu coupable de voies de fait en juin 2017, au terme d’un long procès médiatisé. L’arrestation d'Alexis Vadeboncoeur, en février 2013, avait été captée par des caméras de surveillance dans le stationnement du Cégep de Trois-Rivières.

Kaven Deslauriers a voulu faire appel du verdict de culpabilité, mais après des discussions avec l'association des policiers-pompiers, l’avis d’appel a été retiré, ce qui a permis de réévaluer son dossier de congédiement, explique la Ville de Trois-Rivières.

On n’a aucun doute à l’effet que M. Deslauriers rencontre les exigences de la profession et le lien de confiance est rétabli.

René Martin, directeur de la police de Trois-Rivières

Le retour de Kaven Deslauriers dans le corps policier trifluvien a été entériné par les élus mardi soir, lors de la séance du conseil municipal.

Il devra toutefois suivre plusieurs formations avant de retourner sur le terrain. On ne ramène pas quelqu’un après six ans sans lui donner une période de réadaptation; on va tout mettre en oeuvre pour le réintégrer, a déclaré René Martin.

Vidéo de l'arrestation sur laquelle on voit les quatre policiers arrêter le jeune homme dans le stationnement du Cégep de Trois-Rivières.

Image de la vidéo de surveillance qui a filmé l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur en février 2013

Photo : Cégep de Trois-Rivières

Tout comme ses trois autres collègues, Kaven Deslauriers avait été suspendu de ses fonctions en février 2013. Il avait ensuite été congédié quelques mois plus tard, à la suite du dépôt des accusations criminelles. Aujourd'hui, comme il a reçu une absolution, il n'a pas de casier judiciaire.

Les quatre policiers de retour

Les trois autres policiers, qui ont été blanchis de toutes les accusations, sont aussi revenus travailler pour la Ville de Trois-Rivières. Barbara Provencher et Marc-André St-Amant sont dans le service de police et Dominic Pronovost avec le service incendie.

Leur réintégration, l'an dernier, s’est très bien déroulée, selon le directeur de la police de Trois-Rivières, René Martin.

On n'a aucun doute qu’ils sont en mesure, tous les quatre, de faire le travail, incluant M. Deslauriers qui avait 5 ou 6 ans d’expérience au moment des événements.

René Martin, directeur de la police de Trois-Rivières

Les quatre policiers avaient un dossier vierge avant février 2013, a-t-il précisé. C’étaient de bons policiers.

Les deux hommes un à côté de l'autre assis à une table.

Le directeur de la police de Trois-Rivières, René Martin (à droite), avec le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche (à gauche), dans une conférence de presse en marge de la séance du conseil municipal, mardi soir.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Le 2 février 2013, Alexis Vadeboncoeur a été pris en chasse par les policiers de Trois-Rivières après avoir commis un vol qualifié dans une pharmacie.

Alexis Vadeboncoeur a poursuivi les quatre policiers qu’il accusait de l’avoir tabassé.

Lors du prononcé de la peine, il y a deux ans, le juge Steve Magnan a précisé qu'il croit que la médiatisation de la cause, qui s'est échelonnée sur près de 10 mois, aura un effet dissuasif sur Kaven Deslauriers, donc qu'il ne sera pas tenté de commettre un autre méfait.

Je partage l’opinion du juge Magnan, a tenu à dire René Martin en marge de la séance du conseil municipal.

Le juge a aussi dit qu'il trouvait important que Kaven Deslauriers puisse retrouver une vie normale après toute cette affaire et peut-être même réaliser son rêve de redevenir policier.

Dossiers en déontologie policière

Bureau du Commissaire à la déontologie policière a examiné les cas de Barbara Provencher, Marc-André St-Amant et Dominic Pronovost et a déterminé qu’aucune sanction n’était nécessaire, selon le directeur de la police, René Martin. 

La personne qui a porté plainte contre Dominic Pronovost aurait porté la décision en appel, dit-il. 

Le dossier de Kaven Deslauriers n’a pas encore été traité par le Bureau du Commissaire à la déontologie policière.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.