•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La petite révolution du baladeur

    L'entreprise Sony a mis le premier baladeur «Walkman» sur le marché en juillet 1979.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Il y a 40 ans, Sony lançait le « Walkman », un petit appareil permettant d’écouter de la musique où que l’on soit, sans entraver nos mouvements ni importuner autrui. À travers nos archives, découvrez comment cette innovation a été décrite sur les ondes de Radio-Canada.

    La première mention du baladeur « Walkman » à la télévision de Radio-Canada remonte au 18 décembre 1981.

    À l’émission Repères, l’animateur Gérard-Marie Boivin présente cette invention nippone aux téléspectateurs.

    C’est la fin de l’époque où les gens imposaient leur musique sur la place publique, déclare l’animateur en pointant le gros appareil radiocassette derrière lui.

    En plus d’être petit, léger et de fonctionner avec des piles, explique le journaliste Claude Sauvé, le « Walkman » a comme particularité d’être muni d’un casque d’écoute miniature.

    « Attention aux plaisirs du Walkman! » met toutefois en garde le journaliste. L’appareil coupe son utilisateur des bruits ambiants, ce qui peut comporter des risques s’il conduit une voiture ou un vélo ou se balade simplement à pied.

    Au jour le jour, 3 novembre 1982

    « Son en bulles », « Son ambulant », la traduction française et générique du « Walkman » n’a toujours pas été définie au moment de l’enregistrement l’émission Au jour le jour du 3 novembre 1982.

    N’empêche, le baladeur est déjà bien populaire au Canada. On en vend 150 000 par année, expose l’animatrice France Castel en introduction de l’émission.

    Normand Harvey s’entretient de cette nouvelle tendance avec Claudette Lalonde, de l’Office de protection du consommateur.

    Lors de l’achat d’un baladeur, elle conseille de bien évaluer la qualité du casque d’écoute de l’appareil et sa consommation d’énergie. Elle en expose aussi quelques dangers.

    Le code de la sécurité routière interdit désormais aux automobilistes de conduire avec un baladeur.

    Certaines municipalités souhaitent également légiférer afin d’en restreindre l’utilisation pour les piétons et les cyclistes.

    Assisterons-nous bientôt à l’arrivée du « Walkman télévision »? s’interroge le coanimateur.

    Téléjeans, 25 mai 1982

    Comme le montre cette émission Téléjeans du 25 mai 1982, une variété de modèles de baladeurs font rapidement leur apparition sur le marché canadien.

    La jeune chroniqueuse Brigitte Singher en présente quelques-uns aux animateurs Jacques Lemieux et Mario Lirette.

    Pour une quarantaine de dollars, l’AM-FM Stereo permet d’écouter la radio sur les deux bandes.

    Le FM7, très stylisé, se limite pour sa part à la bande FM, ce qui peut être un inconvénient important si l’on habite à l’extérieur d’une grande ville.

    Le cassettophone mise quant à lui sur l’écoute de cassettes achetées ou enregistrées, mais « les batteries se fatiguent plus vite ». Il faut compter huit heures d’autonomie pour ce type de baladeur, comparativement à vingt heures pour les appareils se limitant à la radio.

    Pour les « mordus du son », il est possible de se procurer pour 300 $ le modèle qui propose la radio FM, la lecture de cassettes et une fonction d’enregistrement. Des écouteurs qui se plient sont même offerts en prime, « une fantaisie assez spéciale », selon Brigitte Singher.

    Téléjournal, 26 décembre 2007

    En 2010, Sony a annoncé la fin de la production de son baladeur « Walkman ».

    Ce reportage au Téléjournal du 26 décembre 2007 nous donne une bonne idée de son successeur.

    Le « iPod » d’Apple domine à cette époque le marché des baladeurs numériques. L’entreprise californienne investit à présent la téléphonie mobile avec son appareil « iPhone ».

    « Reste à voir si la petite pomme saura s’imposer encore une fois », conclut la journaliste Chu Anh Pham en 2007.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Techno