•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Québécois à la rencontre des francophones du Manitoba

Guy Pilote assis dans sa fourgonnette.

Guy Pilote traverse le pays avec sa fourgonnette qu'il surnomme « Dolorès ».

Photo : Guy Pilote

Radio-Canada

Le Québécois Guy Pilote, qui fait la traversée du Canada en fourgonnette pour partir à la rencontre des minorités francophones et découvrir leurs réalités, est arrivé au Manitoba. Ayant été accueilli en français dans plusieurs commerces à Saint-Boniface, il se dit surpris de la vitalité francophone de la province.

Avec une voiture et du nécessaire de camping, Guy Pilote est près à avaler les kilomètres avec le français comme bande originale de son voyage.

Vouloir rencontrer les francophones au-delà de la frontière québécoise, c’est le défi qu'il s’est lancé alors que la francophonie de l’ouest s'est récemment fait plus entendre.

Ça a commencé à l’automne dernier, où on a beaucoup entendu parler des francophones hors Québec. Ce n’est pas tellement les propos de Mme Bombardier que la réaction des associations qui m’ont fait réaliser l'existence d’une francophonie que je ne connaissais pas, explique-t-il en reconnaissant qu’il n’est pas le seul Québécois à ne pas connaître les francophones hors Québec.

Des réalités différentes

Curieux, Guy Pilote s’est lancé dans des recherches pour découvrir ces francophones. J’ai découvert le site de la Fédération des communautés francophones et acadienne, donne-t-il en exemple.

Parti depuis le 10 juin, cet explorateur moderne de la francophonie a déjà rencontré plusieurs de ses homologues linguistiques.

Je suis allé en Ontario. J’ai discuté avec la députée de l’est de l’Ontario, Mme Simard, puis je suis allé dans la baie Georgienne dans le bas du lac Huron. Je suis monté vers Sudbury et Thunder Bay, énumère-t-il.

S’il avoue qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions de son voyage et de ses rencontres, Guy Pilote admet néanmoins qu’il en tire déjà quelques observations.

Ce que je découvre, c’est que la réalité change d’une région à l’autre. On ne peut pas parler de la francophonie de façon générale.

Guy Pilote, Québécois à découverte de la francophonie hors Québec

Il ajoute que sa méthode n’a rien d'universitaire et qu’il aime avant tout rencontrer les francophones directement au gré des aléas du quotidien.

Le français bien vivant au Manitoba

Guy Pilote a ainsi été surpris de l'accueil francophone à Winnipeg.

Je m’attendais à ce que ce soit davantage anglicisé. J’ai été servi ou interpellé en français assez souvent, reconnaît-il.

Au fil de ses discussions, il a observé une différence de point de vue entre les générations.

Les gens plus âgés vont dire qu’ils se considéraient comme des Canadiens français à côté d’une autre nation qui était des Canadiens anglais, alors que les plus jeunes vont dire qu’ils sont des Canadiens bilingues. Il n’y a plus cette notion identitaire de la langue comme il y avait autrefois. Il y a comme un changement de l’identité des Canadiens qui est en train de se faire, remarque-t-il.

Il ajoute être extrêmement surpris de l'accueil massif des francophones au travers du pays depuis qu’il a fait la promotion de son projet sur les médias sociaux.

Lorsque j’ai annoncé mon projet sur Facebook, j’ai reçu des dizaines et des dizaines d’invitations. Cet après-midi, je vais visiter l’Université de Saint-Boniface parce qu’une personne qui y travaille me l’a proposé. Je me sens bien accueilli, raconte-t-il.

Au fil de son voyage, Guy Pilote relate son aventure sur son blogue. Ce travail, dit-il, lui permet de mettre en avant ce que font les gens pour maintenir la langue française vivante. J’ai de l’admiration pour eux.

Guy Pilote repartira bientôt vers l’Ouest canadien. Sa prochaine étape est la Saskatchewan, où il est déjà attendu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie