•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Juin 2019, le mois de juin le plus chaud jamais enregistré

Des garçons jouent au ballon dans une fontaine devant la tour Eiffel.

Des gens jouent au ballon dans la fontaine du Trocadero, à Paris où le mercure a franchi les 45 degrés Celsius en juin dernier.

Photo : AFP/Getty Images / ZAKARIA ABDELKAFI

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Juin 2019, marqué par une canicule exceptionnelle en Europe de l'Ouest, a été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon des données publiées mardi.

Selon ces données du service européen Copernicus sur le changement climatique, le mercure est monté au mois de juin de 0,1 degré Celsius de plus que le précédent record pour un mois de juin (2016), mais c'est surtout l'Europe qui a eu chaud, avec une température d'environ 2 degrés Celsius de plus que la normale.

Plusieurs records ont été battus la semaine dernière dans plusieurs pays européens étouffés par la chaleur en raison notamment d'un air chaud venu du Sahara.

Les températures ont dépassé les normales saisonnières de 10 degrés Celsius en Allemagne, dans le nord de l'Espagne et de l'Italie, et en France, qui a atteint le record absolu de 45,9 degrés Celsius vendredi.

L'équipe de Copernicus a noté qu'il était difficile d'attribuer ce record directement au changement climatique, mais une équipe de scientifiques qui s'est penchée sur la canicule française a conclu mardi qu'elle était au moins cinq fois plus probable que si l'humain n'avait pas altéré le climat.

Combinant des données satellites et des données historiques, le service européen Copernicus a estimé que la température du mois de juin en Europe a été de 3 degrés Celsius supérieure à la moyenne entre 1850 et 1900.

Nos données montrent que les températures dans le sud-ouest de l'Europe la semaine dernière ont été anormalement élevées.

Jean-Noël Thépaut, directeur de Copernicus

Même si c'était exceptionnel, il est probable que nous vivrons plus de ces événements à l'avenir en raison du changement climatique, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !