•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort d'un employé de la traverse de la rivière Saint-Augustin demeure inexpliquée

Inscription du mot police sur le dos d'une uniforme que porte une policière de la Sûreté du Québec

Sûreté du Québec

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

Les investigations se poursuivent pour tenter d'élucider la cause des malaises qui ont provoqué l'hospitalisation de deux employés de la Société des traversiers du Québec (STQ) et qui ont touché un troisième travailleur avant qu'il ne perde la vie, vendredi.

Selon la STQ, les deux employés qui ont été incommodés ont tous deux obtenu leur congé de l'hôpital de Blanc-Sablon, l'un samedi et le second, dimanche.

Les tests et analyses se poursuivent toujours pour connaître la cause de leurs maux tout comme l'évaluation médicale préventive des douze autres employés de la traverse, indique la STQ dans un communiqué émis dimanche.

La Société des traversiers du Québec assure qu'une équipe multidisciplinaire, arrivée samedi sur les lieux du drame, apporte son soutien au personnel touché ainsi qu'à leurs proches.

Cette équipe est composée de professionnels en génie, en environnement, en ressources humaines, en santé et en sécurité.

La STQ ne peut, à l'heure actuelle, fournir de l'information sur la raison de même que les circonstances du décès de l'un de ses employés. Elle collabore pleinement aux enquêtes qui ont cours actuellement, notamment celle de la CNESST et de la Sûreté du Québec, explique la Société.

Les communautés de Pakuashipi et de Saint-Augustin, en Basse-Côte-Nord

Les communautés de Pakuashipi et de Saint-Augustin, en Basse-Côte-Nord

Photo : Radio-Canada

Deux enquêteurs de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) se sont rendus en Basse-Côte-Nord, samedi, pour enquêter sur les circonstances du drame.

La STQ affirme aussi que les élus des communautés de Saint-Augustin et de Pakuashipi sont tenus informés de ses démarches.

Interruption préventive

Bien que la mort de l'employé de la traverse soit survenue en dehors de son lieu de travail, cette série de malaises a poussé la Société des traversiers (STQ) à interrompre le service de l'aéroglisseur de façon préventive.

Les usagers de la traverse L'Esprit-de-Pakuashipi seront transportés par hélicoptère d'une rive à l'autre jusqu'à nouvel ordre, selon l'horaire régulier du traversier.

Le transport de marchandises suit toutefois la procédure habituelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Justice et faits divers