•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le transport public gratuit en Alberta, une proposition qui divise

Un autobus de Roam Transit passe devant un abri-bus sous un ciel orageux.

Les municipalités de la Vallée-de-la-Bow se concertent déjà depuis plusieurs années pour réduire la congestion routière grâce à une meilleure offre de transport en commun.

Photo : Radio-Canada / Nelly Albérola

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Canmore a décidé de rendre son transport en commun gratuit l’an dernier, un pari audacieux couronné de succès. Cette initiative ne suscite toutefois pas le même enthousiasme à travers la province.

Même si Canmore ne compte officiellement que 13 000 habitants, des milliers de visiteurs s’y rendent chaque jour en voiture, ce qui congestionne son centre-ville.

Pour remédier au problème, Canmore a testé l’an dernier le transport public gratuit durant l’été. Le nombre de passagers a doublé, s’étonne le maire de la municipalité, John Borrowman. L’expérience a connu un tel succès que Canmore a décidé de la renouveler cette année et de l’étendre jusqu’au 31 décembre 2019.

En rendant le transport en commun gratuit, nous encourageons les gens à sortir de leur voiture et à prendre l’autobus. Les horaires et les trajets sont assez pratiques, explique le maire.

Une petite affiche est collée sur le panneau d'autobus indiquant que le transport en commun est gratuit.

La municipalité de Canmore a décidé d'offrir le transport en commun gratuit du 18 mai au 31 décembre 2019 cette année.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

L’expérience a jusqu’à maintenant été financée par un surplus du fonds de la Commission des services de transport de la région. Les politiciens discutent toutefois de l’idée de rendre le stationnement du centre-ville de Canmore payant afin de financer de manière permanente le transport en commun gratuit dès l'an prochain.

Nous n’avons jamais eu de stationnement payant auparavant, donc ce serait une nouvelle source de revenus, explique John Borrowman. Au bout du compte, on revient aux priorités de notre administration, qui sont de rendre la ville plus vivable et de réduire la congestion. Rendre le transport en commun gratuit nous aide à rendre le centre-ville plus accessible et agréable.

Une question de taille

Avec une population d’un peu de plus de 1,2 million d’habitants, Calgary est un poids lourd dans le paysage albertain. Très étendue, la métropole albertaine ne serait pas rentable si elle finançait à 100 % le transport en commun, selon son maire Naheed Nenshi.

C'est absolument vrai que si on rend le transport en commun gratuit, on verra beaucoup plus de passagers, mais c'est difficile, parce que c'est très très cher. Ici à Calgary, c’est une question de centaines de millions de dollars.

Une citation de :Naheed Nenshi, maire de Calgary

La ville a plutôt choisi d’adopter la tarification sociale, en fonction de l’âge et du revenu des citoyens. Les plus démunis peuvent par exemple acheter un laissez-passer mensuel pour 5,30 $, comparativement au plein prix de 106 $ pour un adulte.

Une volonté politique

Le conseiller municipal d’Edmonton Aaron Paquette croit toutefois qu’il ne s’agit que d’une question de priorité budgétaire. Lorsque vous donnez aux gens la possibilité de se déplacer librement, leur vie s’améliore, tout comme leur contribution à l’économie, la structure sociale de la communauté et la santé de la ville, affirme-t-il.

Le conseiller municipal est convaincu des bénéfices du transport en commun gratuit. Il les présentera d’ailleurs dans le cadre d’un rapport qu’il remettra cet automne au comité d’urbanisme de la Ville d’Edmonton, en espérant ainsi convaincre ses collègues d’emboîter le pas à Canmore.

Avec les informations de Nelly Albérola

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !