•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quitter Vancouver pour vivre de la ferme

Un animal se promène sur un terrain de ferme

La ferme du couple

Photo : Facebook

Radio-Canada

Kirsty MacGregor et son mari Kyle Towner ont quitté les tours et la circulation de Vancouver pour se lancer dans la vie agricole, bien que ni l'un ni l'autre n'avait de connaissances dans le domaine.

Le couple a emménagé il y a près d'un an dans une maison de bois rond dans la petite communauté de 150 Mile House, 15 kilomètres à l'est de Williams Lake, en Colombie-Britannique.

Selon Mme MacGregor, c'était la bonne décision à prendre en terme de qualité de vie pour elle et son mari, tous deux dans la mi-trentaine.

« Pourquoi payer un demi-million de dollars pour un condo à Vancouver alors que la Colombie-Britannique est si énorme et que les emplois sont partout? », dit-elle soulignant que le coût de la vie en ville ne cesse d’augmenter.

Le couple a acquis une ferme de 65 hectares, une grande superficie, dans l'espoir de vivre de l'exploitation de leur ferme.

Kirsty MacGregor et une de ses vaches dans un champ

Kirsty MacGregor et une de ses vaches

Photo : Facebook

« Nous savions que nous voulions faire plus de choses et vivre de nos propres terres, plutôt que d’avoir des emplois. Donc plutôt que de prendre 10 acres (4 hectares) et de réaliser ensuite que nous l’avons dépassé, nous avons pensé : allons grand dès le départ », explique Kirsty MacGregor

Apprendre à l'aide de YouTube

Le couple n'avait toutefois que très peu de connaissances sur la façon de gérer une ferme. Mme MacGregor et son mari ont lentement apprivoisé les rouages de ce travail entre autres à l'aide d'Internet.

« La maison que nous avons achetée est venue avec un tracteur, et il est évident qu’aucun d’entre nous n’avait déjà conduit de tracteur. Nous nous sommes donc assis devant YouTube en train de regarder des vidéos sur la façon de démarrer le tracteur », se souvient Kirsty MacGregor.

Selon Mme MacGregor, le premier hiver à la ferme a été difficile. Les tuyaux de leur demeure ont gelé lorsque le couple est parti au travail sans avoir mis de bois sur le feu.

Les véhicules ont aussi été coincés sur les routes boueuses.

Des chiens et des vaches dans un monticule de foin

Les couple a plusieurs chiens sur sa ferme

Photo : Facebook

Être autosuffisants

Le couple qui élève maintenant des vaches, des alpagas, des chèvres, des poulets et des porcs continue de travailler à l'extérieur de la ferme pour le moment.

MacGregor est conseillère dans un atelier de mécanique et M. Towner travaille comme charpentier.

Ils espèrent cependant pouvoir quitter leur emploi lorsqu'ils seront complètement autosuffisants à la ferme, en cultivant leurs propres légumes et céréales et en élevant leur propre viande.

« Nous voulons vivre et profiter de la vie et nous pensons que l’acquisition de ces compétences est la façon de sortir de la norme. »

D'après les informations de Laura Sciarpelletti

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Agriculture