•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confrontations à Hong Kong à la veille de l'anniversaire de sa rétrocession à la Chine

Des manifestants scandent des slogans, plusieurs avec un drapeau chinois à la main.

Des manifestants se sont rassemblés devant le parlement hongkongais pour manifester leur soutien aux méthodes de la police, qui a dû faire face à d'importantes manifestations depuis le 9 juin.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

Agence France-Presse

Des accrochages parfois musclés ont éclaté dimanche autour du parlement de Hong Kong entre soutiens aux forces de l'ordre et manifestants antigouvernementaux, à la veille de l'anniversaire de la rétrocession du territoire semi-autonome de la Grande-Bretagne à la Chine qui a eu lieu en 1997.

Des dizaines de milliers de personnes, dont bon nombre d'entre elles brandissaient des drapeaux chinois, s'étaient rassemblées devant le parlement pour manifester leur soutien à la police, vivement critiquée pour sa répression des manifestations monstres des dernières semaines à coups de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc.

Ce rassemblement, durant lequel des députés pro-Pékin et d'anciens policiers se sont exprimés, s'est déroulé sans incident.

Mais alors que le rassemblement se dispersait, de nombreux manifestants se sont dirigés vers de petits groupes d'opposants antigouvernementaux qui campent à l'extérieur du parlement depuis trois semaines.

Traîtres!, Émeutiers!, ont crié les partisans progouvernementaux à l'endroit des jeunes manifestants, qu'une foule de plus en plus nombreuse encerclait, enfonçant leurs doigts dans leurs poitrines, les insultant et les affrontant physiquement.

La police a dû intervenir à plusieurs reprises pour aider des manifestants antigouvernementaux à s'échapper.

Le rassemblement propolice, auquel participait une population nettement plus âgée que celle qui manifeste depuis plusieurs semaines contre un projet de loi visant à permettre les extraditions vers la Chine, a réuni 165 000 personnes selon les organisateurs, et 53 000 selon la police.

Le camp antiextradition tiendra un autre rassemblement lundi, les organisateurs s'attendant à une participation massive.

La police défend ses méthodes

Hong Kong est depuis le 9 juin le théâtre d'une contestation historique contre ce projet de loi, qui a été suspendu, mais dont les manifestants exigent toujours l'abandon pur et simple. Un million de protestataires sont descendus dans les rues le 9 juin, puis près de deux millions le 16.

Depuis le début des troubles, la police a défendu ses méthodes, qualifiant la manifestation d'émeute, mais les opposants ont accusé les policiers de recourir à une force excessive et ont demandé la tenue d'une enquête indépendante. Deux fois au cours des deux dernières semaines, le quartier général de la police de la ville a été bloqué par des foules en colère.

Le gouvernement britannique a demandé fin juin une « enquête indépendante » sur les affrontements entre la police et les manifestants et a suspendu ses exportations d'équipements de maintien de l'ordre vers l'ex-colonie britannique.

Par ailleurs, dimanche, Zhou Fengsuo, un survivant de la répression meurtrière de Tiananmen à Pékin, a déclaré s'être vu refuser l'entrée à Hong Kong à son arrivée à l'aéroport, en publiant en ligne une photo du formulaire de refus que l'immigration lui avait remis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International