•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stephen Harper recruté par Jeremy Hunt pour la négociation du Brexit

Stephen Harper durant une conférence de presse au Parlement, en 2007

Stephen Harper durant une conférence de presse au Parlement, en 2007

Photo : Reuters/Chris Wattie

Radio-Canada

Jeremy Hunt, l'un des candidats qui pourraient être appelés à remplacer Theresa May à la tête du Royaume-Uni, affirme avoir recruté l'ex-premier ministre canadien Stephen Harper et l'ancienne ministre conservatrice Rona Ambrose pour l'aider dans le dossier du Brexit, s'il venait à l'emporter contre Boris Johnson.

L’ex-ministre des Affaires étrangères de Mme May, Jeremy Hunt, a annoncé samedi que Stephen Harper viendra lui prêter main-forte au sein de son équipe chargée, s’il est élu, de négocier avec Bruxelles la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE).

« J’opte pour “Canada-plus”, pas pour le Chequers [livre blanc] », a déclaré samedi M. Hunt au Sunday Times, indiquant ici qu'il opterait pour une entente de libre-échange similaire à celle signée par le Canada et l’Union européenne.

Officiellement connu sous le nom d’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, cet accord a été signé en octobre 2016, après sept ans de négociations et de ratification.

Il prévoit notamment, à terme, la suppression de près de 99 % des droits de douane entre les deux zones, l’ouverture des marchés publics et des dispositions sur les droits d’auteur.

Si l'Accord a finalement été signé par le premier ministre actuel Justin Trudeau, la majeure partie des négociations avec Bruxelles avait été menée par le gouvernement dirigé à l'époque par Stephen Harper.

Dans l’équipe de M. Hunt figurerait aussi Rona Ambrose, ancienne ministre du premier ministre conservateur de 2006 à 2015. Après avoir siégé comme chef intérimaire du Parti conservateur dans l'opposition, Mme Ambrose a quitté la vie politique en 2017.

La cheffe de l’opposition, Rona Ambrose, commente le budget fédéral déposé à la Chambre des communes à Ottawa le 22 mars 2017

Rona Ambrose avait été désignée chef par intérim du Parti conservateur après la défaite de Stephen Harper aux élections fédérales de 2015.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Stephen Harper est prêt à soutenir le prochain premier ministre du Royaume-Uni dans la négociation d'un accord sur le Brexit, a-t-il dit, mais il refuse de prendre parti dans la course à la succession de Theresa May.

M. Harper a écrit samedi soir sur Twitter qu'il serait « prêt à aider la prochaine personne qui sera à la tête du Parti conservateur du Royaume-Uni sur des questions commerciales, si cette personne le souhaite ».

Mais en tant que président actuel de l'Union démocrate internationale, qui regroupe des partis politiques de droite issus de partout à travers le monde, M. Harper reste « neutre dans toutes les courses à la direction des partis membres », a-t-il expliqué.

Fin de course

Dimanche, M. Hunt prononcera un discours clé expliquant comment il organisera les préparatifs en vue d'un départ sans accord de l'UE, si les négociations échouaient.

Plus modéré que son rival Boris Johnson, Jeremy Hunt compte renégocier l'accord de sortie conclu en novembre avec Bruxelles. Il est disposé à repousser la date du Brexit, fixée au 31 octobre, si les dirigeants européens acceptent de rouvrir les négociations. Mais il est aussi prêt à quitter l'Union européenne sans accord s'ils refusent.

Au cours des prochaines semaines, les deux finalistes sillonneront le pays pour présenter leur programme aux 160 000 membres du Parti conservateur, qui doivent les départager d'ici la fin juillet.

Avec les informations de Sunday Times, et Agence France-Presse

Politique internationale

International