•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville a déboursé 400 000 $ pour le lancement du Grand Marché

Le Grand Marché de Québec

Le Grand Marché de Québec

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Québec a dépensé 400 000 $ pour les festivités et la promotion du lancement du Grand Marché, dont près de la moitié en publicité. L'administration Labeaume rejette les doléances de l'opposition officielle, qui l'accuse « de jouer au promoteur ».

Selon une compilation des coûts liés à l'ouverture du Grand Marché obtenue par Radio-Canada grâce à la loi d'accès à l'information, la Ville de Québec a dépensé un peu plus de 177 000 $ seulement pour la campagne publicitaire.

Cette demande d'accès à l'information portait sur les frais engendrés pour l'ouverture et les activités d'inauguration étalées du 14 au 16 juin.

Coûts de la campagne publicitaire

Conceptualisation : 81 240 $

Placements publicitaires : 95 803 $

Total : 177 043 $

Source : Ville de Québec

En ajoutant ces sommes aux subventions consenties par la Ville de Québec pour les festivités d'ouverture, ce sont un peu plus de 400 000 $ de deniers publics qui ont été investis pour ces trois jours d'activités.

La Ville de Québec a octroyé une subvention de 175 600 $ à la Coopérative des horticulteurs de Québec, gestionnaire du marché, pour la programmation.

Un autre montant, cette fois de 50 000 $, a été accordé au BBQ Fest, qui a quitté Espace 400e cette année pour le Grand Marché. L'événement recevait auparavant 10 000 $ de la Ville.

« Démesure », critique l'opposition

L'opposition officielle à l'hôtel de ville n'a pas tardé à critiquer cette utilisation des fonds public. Nous sommes encore dans la démesure avec l'administration [du maire Régis] Labeaume, a lancé le conseiller Patrick Paquet.

Il faut penser aux commerçants dans le pourtour, qui paient des taxes et qui ont une offre similaire, a-t-il ajouté.

Ce n'est pas le rôle de la Ville de faire ça. Le rôle de la Ville c'est d'offrir des services, pas de jouer au promoteur

Une citation de :Patrick Paquet, conseiller municipal, Québec 21

Marie-Josée Savard, élue chez Équipe Labeaume et vice-présidente du comité exécutif à la Ville, a pour sa part défendu ces dépenses.

Il y avait un déménagement [depuis le Marché du Vieux-Port], il y a des commerçants qui ont investi énormément pour se lancer dans cette aventure-là. On trouvait ça normal d'aviser la population et de soutenir ces commerçants-là, a-t-elle dit.

Mme Savard a précisé que la Ville n'avait pas l'intention de réinvestir des sommes pour faire la promotion du Grand Marché dans le futur. La responsabilité revient désormais sur la Coopérative des horticulteurs de Québec.

Quant aux commerçants des alentours, Mme Savard a rappelé qu'ils sont soutenus activement par la Ville, notamment à travers les sociétés de développement commercial.

« Insécurité »

Pour Marc Engel, copropriétaire d'une épicerie fine sur la 3e Avenue, non loin du Grand Marché, les sommes consacrées à sa promotion sont un message d'insécurité de la part de la Ville de Québec.

C'est sûr qu'ils ont besoin de faire savoir que le marché a déménagé, il faut que ce soit une réussite, a-t-il analysé.

Mais c'est trop cher payé à son avis. C'est beaucoup d'argent. Ça aurait été à la coopérative et non à la Ville de payer ça, soutient-il.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !