•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur la mort d'un employé de la traverse de Saint-Augustin

Les communautés de Pakua Shipi et de Saint-Augustin, en Basse-Côte-Nord.

Les communautés de Pakua Shipi et de Saint-Augustin, en Basse-Côte-Nord

Photo : Radio-Canada

Deux enquêteurs de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) se rendent en Basse-Côte-Nord, samedi, pour enquêter sur les circonstances de la mort d'un travailleur et l'hospitalisation de deux employés de la traverse de la rivière Saint-Augustin.

Une équipe de la Société des traversiers du Québec (STQ) a aussi été dépêchée sur place pour tenter de faire la lumière sur les événements.

Un porte-parole de la CNESST, Alexandre Bougie, affirme que les enquêteurs vont d’abord visiter les lieux et discuter avec les employés de la STQ pour établir un plan d’action.

C’est d’aller voir comment tout est équipé là-bas. On va aussi discuter avec les autorités et les employés de la STQ pour connaître les récents événements, la chronologie et connaître aussi le milieu de travail. La CNESST va être plus en mesure, après tout ça, de savoir quelle sera la nature de l’investigation complète qu’elle sera en mesure de mener sur les lieux.

Un mort et deux hospitalisations

Bien que la mort de l'employé de la traverse qui relie Saint-Augustin et Pakuashipi, vendredi, soit survenue en dehors de son lieu de travail, des indices laissent croire que le décès pourrait être lié à son emploi.

Deux des quinze employés de la traverse, qui travaillent dans le garage de la STQ, ont aussi été hospitalisés en raison de malaises.

L'aéroglisseur reliant Saint-Augustin et Pakuashipi, sur la rivière Saint-Augustin en Basse-Côte-Nord

L'aéroglisseur reliant Saint-Augustin et Pakuashipi, sur la rivière Saint-Augustin en Basse-Côte-Nord

Photo : Société des traversiers du Québec

L’un d’entre eux a eu son congé de l’hôpital de Blanc-Sablon. L’autre y recevait toujours des soins samedi, selon la STQ.

Le service de traverse en aéroglisseur a été interrompu de façon préventive. Le porte-parole de la CNESST, Alexandre Bougie, indique que l’arrêt du service était la bonne chose à faire dans les circonstances.

Le transport des passagers d’une rive à l’autre de la rivière sera assurée par un hélicoptère jusqu’à ce que les installations de la traverse soient jugées sécuritaires pour les employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Justice et faits divers