•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'aide financière pour embaucher des membres des Premières Nations bien accueillie

Jean Boulet au podium devant un dessin autochtone

L’annonce sur l'intégration des Autochtones a été faite vendredi, dans la communauté abénaquise du Centre-du-Québec Wôlinak.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le conseil du patronat du Québec (CPQ) se réjouit de l'annonce d'un investissement de 13 millions de dollars pour le Programme d'aide à l'intégration en emploi des membres des Premières Nations et des Inuits (PAIPNI).

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie Jean Boulet ainsi que la ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides Sylvie D'Amours en ont fait l'annonce vendredi matin.

Ce montant de 18 millions de dollars permettra entre autres de financer une partie du salaire des nouveaux employés ainsi que le coût de certains outils pour leur accompagnement et leur formation.

Denis Hamel, vice-président Politiques de développement de la main-d'œuvre au CPQ Denis, se réjouit de ce nouveau programme. Selon lui, le PAIPNI complémentera le projet Nika, implémenté par le CPQ. Le projet Nika permet à des travailleurs autochtones de faire reconnaître leurs connaissances et facilite leur intégration en milieu de travail.

Un bon exemple c'est de sensibiliser les collègues de travail à l'arrivée de travailleurs autochtones, qui ont une culture différente des non-autochtones, explique Denis Hamel au sujet des mesures prises par Nika. Donc avec les subventions salariales, l'aide à l'intégration en milieu de travail, ça va effectivement faciliter le travail du projet Nika, et en même temps notre projet va être un bon tremplin pour promouvoir le PAIPNI.

Il ajoute qu'avec à la fois la sensibilisation et l'aide financière, on pense qu'on vient de couvrir une bonne partie des enjeux.

De plus, Denis Hamel considère que cet investissement pourra convaincre les employeurs qui hésitaient encore à embaucher des personnes issues des Premières Nations et des communautés inuites.

Avec le petit coup de pouce qu'on a eu ce matin, je pense que des entreprises qui étaient encore un peu, disons, réticentes, ou disaient "est-ce que je vais engager de la main-d'oeuvre qui n'a jamais œuvré dans le domaine?" Là, quand on paie une bonne partie du salaire et de l'accompagnement, ça va devenir très rentable.

Le CPQ a démarré le projet Nika en 2018 et se concentre dans trois régions du Québec, soit Mauricie, Saguenay-Lac-Saint-Jean et l'Abitibi-Témiscamingue. Le projet vise l'intégration de 200 travailleurs. Le PAIPNI, prévoit une subvention allant jusqu'à 85 % du salaire des travailleurs autochtones sous diverses conditions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !