•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse « vertigineuse » du prix de l’asphalte au Bas-Saint-Laurent

Une portion de rue asphaltée craquée

Des craques sont visibles sur l'asphalte de la rue Wilson à Rimouski. (archives)

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Radio-Canada

Le prix de l’asphalte a bondi de 40 à 100 % au cours des dernières années au Bas-Saint-Laurent, selon les élus de la région. Ils unissent leur voix pour dénoncer ces fortes augmentations.

Les préfets des huit MRC de la région et les maires des 10 plus grandes villes ont profité de la deuxième rencontre du nouvel organisme qu'ils ont créé, la Table régionale des élus du Bas-Saint-Laurent, pour inviter le gouvernement à les aider à contrer ce phénomène.

Ça donne le vertige, dit Michel Lagacé, le président de la Table régionale. Il ajoute qu’à ce rythme, les villes ne pourront bientôt plus tenir la route.

Les élus lors de la rencontre de la Table régionale des élus du Bas-Saint-Laurent.

Les élus lors de la rencontre de la Table régionale des élus du Bas-Saint-Laurent

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, explique que les municipalités de sa région avaient deux ou trois soumissionnaires il y a quelques années. Aujourd’hui, elles sont nombreuses à se retrouver avec un seul soumissionnaire.

Comme ses homologues, la mairesse qualifie la situation de monopole.

On essaie de trouver des explications. La seule qu’on trouve, c’est qu’il s’installe un monopole qui fait qu’il y a des territoires qui sont protégés et les gens ne viennent plus soumissionner.

Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

La problème est le même à Dégelis. Normand Morin explique que sa municipalité de 3000 résidents a dû composer avec une augmentation de 100 % du prix de l'asphalte.

Compte tenu de l’absence de compétiteurs significatifs, on a des croissances qui sont non justifiées. Ce n’est pas le pétrole qui justifie cette croissance-là.

Normand Morin, maire de Dégelis

Pourtant, selon Michel Lagacé, le prix de l’asphalte avait chuté de 25 % lors des audiences de la commission Charbonneau.

Je dirais qu'ils se reprennent joyeusement. On a eu deux-trois ans d'embellie et aujourd'hui ils se reprennent joyeusement en nous faisant les poches, déplore-t-il.

Les élus soulignent même que non seulement les prix leur paraissent excessifs, mais ils disent aussi avoir constaté, dans certains cas, une diminution de la qualité de l'asphalte.

D’après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !