•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Diamant de Québec : l’oeuvre Atome ou le fruit des étoiles prend forme

Ludovic Boney, artiste en arts visuels, et l'artiste multidisciplinaire Claudie Gagnon discutent devant leur oeuvre.

Photo : Radio-Canada / Claudia Genel

Audrey Paris

L’imposante sphère de verre, d’acier et d’aluminium qui illuminera l’entrée du Diamant au centre-ville de Québec sera dévoilée officiellement à la fin août. D'ici là, l’artiste Claudie Gagnon et ses nombreux collaborateurs sont en mode chantier afin de compléter cette oeuvre d’art de deux tonnes et demie.

Intitulée Atome ou le fruit des étoiles, l'oeuvre qui a été sélectionnée par le Diamant dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture se veut un clin d’oeil à la nouvelle salle de diffusion. C’est aussi une façon de se souvenir de l'enseigne du célèbre Cinéma de Paris, détruite en 2017.

Claudie Gagnon juge qu'il était important d’inclure l’aspect architectural de la salle à sa création. J’ai travaillé en lien avec le concept, je ne voulais pas mettre quelque chose qui arrive de nulle part, explique-t-elle. C’est une oeuvre d’art intégrée.

Son travail d’artiste a donc évolué vers cette grande sphère de quatre mètres de diamètre, translucide, qui s’agence à son environnement. Son oeuvre évoque différents objets, comme la lentille d’un instrument scientifique, et pourra être observée sous différents angles de jour comme de nuit.

Accompagné notamment de Ludovic Boney, artiste en arts visuels, Claudie Gagnon a commencé à imaginer Atome ou le fruit des étoiles dès l’annonce du concours du Diamant, vers la fin de 2017.

Une grande sphère translucide installée devant un bâtiment avec de nombreuse fenêtres

Une maquette de l'oeuvre de Claudie Gagnon telle qu'elle a été imaginée avant sa conception.

Photo : fournie par Le Diamant

L’oeuvre devra traverser le fleuve

Les artistes travaillent en ce moment dans un entrepôt de Saint-Romuald, à une vingtaine de kilomètres de la place d’Youville, là où l'oeuvre est attendue. Le défi du déplacement, ça travaille dans la tête de Ludovic, affirme Claudie Gagnon. Elle croit que l'oeuvre devra être transportée à la verticale.

C’est la plus grosse pièce que j’ai jamais conçue.

Claudie Gagnon

Un défi réalisable pour l’équipe qui en a vu d’autres, notamment lors de leur quête pour trouver le meilleur matériau pour assembler toutes les pièces. Les artistes ont donc arrêté leur choix sur du silicone structurant, qui devient dur comme du béton.

De la fibre optique sera aussi intégrée à travers les pièces de l’oeuvre au cours des prochaines semaines.

Un grand entreprôt avec des personnes qui travaillent ainsi que la grande sphère de verre au centre de la pièce.

L'équipe d'artistes est installée dans un entrepôt de Saint-Romuald.

Photo : Radio-Canada

L’équipe a en main un budget de 239 000 dollars dont 207 000 iront exclusivement à la réalisation de l’oeuvre.

Avec les informations de Claudia Genel

Québec

Arts visuels