•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boeing a falsifié les documents d’un avion vendu à Air Canada

Chaîne de montage du 787 Dreamliner.

Chaîne de montage du 787 Dreamliner à l’usine d’Everett, près de Seattle

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Leprince

Radio-Canada

Boeing a falsifié les dossiers d’un avion 787 Dreamliner vendu à Air Canada qui a connu une fuite de carburant en 2015 après 10 mois de service.

Dans une déclaration faite à CBC News, Boeing déclare avoir révélé le problème à l'Agence américaine de l’aviation civile (FAA), après qu’Air Canada l’eut informé de la fuite de carburant.

Les dossiers en cause indiquaient à tort que le travail de fabrication avait été achevé, alors que ce n’était pas le cas.

Boeing a ajouté qu'un audit avait conclu qu'il s'agissait d'un événement isolé et que des mesures correctives avaient été immédiatement mises en oeuvre auprès du mécanicien et de l'inspecteur de Boeing concernés.

Boeing est de plus en plus surveillé aux États-Unis et à l’étranger à la suite de deux accidents mortels en octobre et en mars derniers qui ont coûté la vie à 346 personnes et de l’échec mondial de ses 737 Max.

Interrogé par CBC News, Mike Doiron, président de Doiron Aviation Consulting, a déclaré que toute falsification de documents qui pourrait dissimuler un risque lié à la sécurité est un problème majeur. Il précise que, dans l'industrie aéronautique, ce type de document est essentiel pour assurer la sécurité des aéronefs et des passagers à bord.

Selon M. Doiron, même les petites fuites de carburant sont dangereuses. En effet, la température des pièces internes du turbomoteur d'un avion peut atteindre environ 700 degrés. Avec des températures aussi élevées, s'il y a une fuite autour du moteur, il n'en faut pas beaucoup pour qu'un liquide inflammable comme le carburant s’embrase, a-t-il résumé.

Du côté d’Air Canada, on se veut rassurant. Tous nos avions sont soumis à des inspections régulières et approfondies, et nous les maintenons en totale conformité avec toutes les directives du fabricant et de la réglementation, a déclaré Peter Fitzpatrick, porte-parole de l’entreprise.

Air Canada a ajouté le 787 Dreamliner à sa flotte il y a cinq ans et possède désormais 35 appareils, selon son site web. WestJet, qui a deux modèles différents de Dreamliner dans sa flotte depuis février, a déclaré avoir pleinement confiance en la sécurité de cet avion.

Lourdes pénalités

En 2015, Boeing a versé 12 millions de dollars américains à la FAA pour régler des enquêtes en cours. Dans le cadre de l'accord de cinq ans, Boeing a accepté de collaborer avec l'agence pour résoudre les problèmes de supervision de la sécurité au sein de l'entreprise.

Cet accord aborde notamment la question d’un « programme obscur » qui délègue à Boeing lui-même le soin d’effectuer ses propres vérifications de sécurité, confie Michael Laris, un journaliste du Washington Post qui a examiné plusieurs des problèmes de sécurité de Boeing ayant conduit à l’accord avec la FAA.

Selon M. Laris, après les écrasements dévastateurs du 737 Max, des questions se posent quant à l'efficacité du programme de surveillance de Boeing.

Quel degré d'autorité devrait être délégué à l'entreprise? Quel est le degré d'autonomie des employés de Boeing et de leurs dirigeants?

Michael Laris, journaliste au Washington Post

Transports Canada a déclaré qu'il évaluait quels impacts ces nouvelles informations sur Boeing allaient avoir sur les efforts en cours de validation de la sécurité des aéronefs. L’organisme fédéral ajoute que l'incident impliquant des documents falsifiés relevait de la compétence de la FAA.

De son côté, la FAA indique qu'elle surveillait et évaluait de près les performances de Boeing en vertu de l'accord de règlement de 2015, mais qu’elle ne pouvait pas en discuter.

Boeing clame avoir mis en place une formation à l'intention du personnel qui est dédiée uniquement à leurs responsabilités personnelles dans le processus de fabrication, soulignant l'importance de la conformité aux réglementations.

Adaptation d'un article de Katie Nicholson, CBC News.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie aéronautique

Économie