•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'argent pour faire fleurir la filière bioalimentaire nord-côtière

Champ de bleuets sauvages.

Des fleurs de bleuets sauvages

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des entreprises de la Côte-Nord reçoivent de l'argent du fédéral pour boucler des investissements de 1,7 million de dollars afin de développer le secteur bioalimentaire.

Le Groupe UMEK, Phytimpact et la Table bioalimentaire Côte-Nord se partagent 560 735 $ de Développement économique Canada.

Cette aide prend la forme de contributions remboursables et non remboursables. Grâce au soutien d'autres partenaires régionaux, ces investissements grimpent à 1,7 million de dollars.

Rémi Massé, député fédéral d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, était à Sept-Îles vendredi pour annoncer l'aide financière fédérale.

On souhaite avoir des projets qui démontrent de l'innovation, de la création, développement de produits, fait-il valoir. On parle d'automatisation, de robotisation.

Contribution de DEC Canada

Groupe UMEK : prêt de 373 164 $, projet de 926 252 $

Phytimpact : subvention de 99 999 $, projet de 563 000 $

Table bioalimentaire Côte-Nord : subvention de 87 572 $, projet de 259 893 $

Grâce à ces investissements, Phytimpact pourra commencer à commercialiser une poudre séchée de bleuet sauvage. L'entreprise compte ouvrir des bureaux de vente à l'international en vue de vendre le caractère particulièrement antioxydant du bleuet nordique.

Les bleuets qui viennent de la Côte-Nord renferment 20 % plus d'antioxydant que des bleuets du Lac-Saint-Jean ou de la Nouvelle-Écosse, à cause de la température, avance le propriétaire de Phytimpact, Laurent Morin.

On a une entente qu'on va signer avec des Japonais à Tokyo début octobre. On va être à Paris début décembre et même à Las Vegas fin octobre.

Une citation de :Laurent Morin, propriétaire de Phytimpact

Pour sa part, UMEK entend améliorer ses installations et acquérir de l'équipement de production automatisé pour la transformation de produits marins.

La Table bioalimentaire Côte-Nord reçoit des fonds pour développer et mettre en valeur la compétitivité de la chaîne de valeur bioalimentaire nord-côtière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !