•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’établissement d’une aire marine protégée aux Îles est à l’étude

Des falaises des îles de la Madeleine

Les Îles-de-la-Madeleine (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec et Ottawa lancent une étude conjointe pour évaluer la possibilité d'établir une aire marine protégée autour des Îles-de-la-Madeleine. Les deux gouvernements en ont fait l'annonce jeudi par voie de communiqué.

L'étude s'étendra sur quelques années et permettra de définir les avantages et les contraintes liés à une aire marine protégée; les zones propices, les modalités de gestion et les mesures de conservation adaptées à l'archipel.

Le directeur de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), Alain Branchaud, y voit l'occasion de renforcer la durabilité des pêcheries, de développer l'écotourisme et de répondre à la crise de la biodiversité.

« On souhaite que cette fois-ci, les gouvernements investissent les sommes nécessaires et adoptent une approche de consultation rigoureuse pour s'assurer qu'on ne démarre pas un processus qui va s'arrêter au bout de quelques mois. »

— Une citation de  Alain Branchaud, directeur de la Société pour la nature et les parcs du Canada

Le secteur à l'étude a une superficie de 17 000 kilomètres2.

M. Branchaud affirme qu'il s'agit du plus gros projet d'aire marine protégée à l'étude dans le golfe du Saint-Laurent.

L'étude de faisabilité découle de l'Entente de collaboration Canada-Québec pour l'établissement d'un réseau d'aires marines protégées au Québec.

Le projet d’une aire marine protégée aux Îles-de-la-Madeleine est sur la planche à dessin depuis plusieurs années.

Le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a d’ailleurs réalisé une étude à ce sujet entre 2012 et 2014, en collaboration avec l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la firme Cultura et Pêches et Océans Canada.

D'après les informations d'Adrianne Gauvin-Sasseville

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !