•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’indépendance du Congo au rythme de la rumba

Un musicien du groupe Mbongwana Star joue la guitare sur scène

Le groupe Mbongwana Star de la République Démocratique du Congo prend la scène le 15 juillet.

Photo : Radio-Canada / Jacy Schindel

La communauté congolaise de Toronto célèbre ce dimanche le 59e anniversaire de l'indépendance de la République Démocratique du Congo. C’est par une chanson, Indépendance cha cha, que la majorité des Congolais apprirent la nouvelle de l’accession du Congo belge à l’indépendance. Indépendance cha cha est considérée comme l’hymne de l’indépendance du Congo et de l’Afrique.

Près de 20 pays africains sont devenus indépendants en 1960. Les populations africaines qui tenaient à se libérer du joug des colonisateurs n'ont pas hésité à se servir de la musique pour lancer un cri de libération. La rumba, qui caractérise le rythme de la chanson, est une musique de résistance et d’estime de soi qui servira cette cause.

En 1960, la Belgique a organisé une table ronde à Bruxelles entre des représentants politiques et des chefs coutumiers congolais d'une part, et des responsables politiques et économiques belges d'autre part pour décider de l’avenir de la plus grande colonie belge.

Un homme face à la camera

Le chroniqueur culturel congolais Kerwin Mayizo commente sur la rumba

Photo : Kerwin Mayizo

Certains chanteurs congolais sont allés à la table ronde de Bruxelles et on voulait attribuer aux musiciens un rôle secondaire consistant à divertir les politiques le soir à l’hôtel où ils étaient logés, renseigne Kerwin Mayizo, chroniqueur culturel congolais.

Il indique toutefois que ces artistes dont Joseph Kabasele dit Grand Kallé, tenaient à jouer plutôt un rôle actif, car ils soutenaient que l’indépendance ne pouvait pas être que politique et économique, mais qu’elle devait être aussi culturelle.

Kabasele et ses collègues voulaient une désaliénation de l’homme noir, et, la chanson Indépendance cha cha a permis à ces artistes de faire passer le message de la libération, déclare M. Mayizo.

Indépendance cha cha

Chantée dans trois langues nationales du Congo (lingala, kikongo et tshiluba), la chanson interprétée par l’orchestre de Joseph Kabasele, African Jazz, annonce la nouvelle de l'indépendance du Congo.

Refrain de la chanson :

Indépendance cha-cha tozuwi ye ! / Oh Kimpwanza cha cha tubakidi / Oh Table Ronde cha cha ba gagner o ! / Oh Lipanda cha cha tozuwi ye !

Traduction :

Nous avons obtenu l’indépendance / Nous voici enfin libres / À la Table Ronde nous avons gagné / Vive l’indépendance que nous avons gagnée

Indépendance cha cha interprétée par African Jazz :

Vite, Indépendance cha cha est devenue l’hymne de l’indépendance du Congo, puis l’hymne des indépendances des pays africains, commente M. Mayizo.

Le président de l’Association des Congolais de l’Ontario, Patrick Kaketa, souligne le caractère panafricain de l’œuvre de Kabasele.

C’est un patrimoine national et international d’autant plus que tant d’autres pays se la sont appropriée.

Patrick Mpiana Kaketa

Indépendance cha cha est interprétée par plusieurs musiciens et groupes africains et même ailleurs dans le monde.

Pour célébrer le cinquantenaire des indépendances des pays africains, le groupe mythique haïtien Tabou Combo revisite la chanson qu'il titre Rumba Libète.

Un jour en écoutant la chanson Indépendance cha cha dans le film Lumumba du réalisateur haïtien Raoul Peck, je m’étais alors rappelé de mon pays natal Haïti qui est indépendant depuis 1804, mais qui peine encore à se défaire de la colonisation, raconte le compositeur, chanteur et directeur du groupe Tabou Combo, Yves Joseph Fanfan.

Le groupe haïtien Tabou Combo interprète Indépendance cha cha :

L’artiste soutient que Rumba Libète est une façon de rappeler aux Haïtiens que l’indépendance a été acquise au prix de multiples souffrances.

La rumba à l'origine de la chanson

Le message de libération véhiculé par Indépendance cha cha trouve sa racine dans l’histoire même de la rumba.

Arsene Francoeur Nganga, un chercheur en histoire ancienne et membre du laboratoire d'histoire et d'anthropologie de l'Université Marien Ngouabi, en République du Congo, affirme que la rumba est le fruit de la lutte pour la survivance du trésor culturel des esclaves noirs sur leur nouvelle terre à Cuba, après y avoir été envoyés lors de la traite des Noirs.

Deux hommes entrain de jouer au tam-tam pendant qu'un autre homme qui porte un t-shirt sur lequel est imprimé la photo de Barack Obama danse et deux autres hommes qui chantent

Des musiciens cubains dansent au rythme de la rumba.

Photo : The Associated Press / Desmond Boylan

Si la musique est créée à La Havane, la danse qui l'accompagne puise ses origines au royaume Kongo (ancien empire de l’Afrique centrale qui s'étendait sur l’Angola, la République du Congo, le Gabon et la République démocratique du Congo).

La rumba puise ses sources de l’Afrique.

Yves Joseph

D'après M. Nganga, ce sont les marins cubains qui apportaient la rumba cubaine en Afrique. Ces marins accostaient sur les côtes africaines dans les années 1930 et apportaient des 33 tours qui récolteront du succès sur la côte de l’Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale. C’est alors que Wendo Kolosoy, un mécanicien de bateau composera la première chanson en lingala et prendra le dessus sur des chansons en espagnol, déclare M. Nganga.

De « Nkumba » à « rumba »

Emmanuelle Lussier-Martinez et Fred Eric Salvail dansent une rumba.

Emmanuelle Lussier-Martinez et Fred Eric Salvail

Photo : ATTRACTION IMAGES

M. Nganga indique qu’à Cuba pendant les rares moments de récréation, les esclaves dansaient la Nkumba. La Nkumba se dansait en se frottant les nombrils, note-t-il.

C’est par déformation que Nkumba est devenu rumba

Kerwin Mayizo

Au Royaume Kongo, les occasions comme la naissance de jumeaux et les célébrations des mariages étaient des moments propices pour danser la Nkumba, qui est vue par certains comme la danse de fécondité ou de procréation.

Pour certains musicologues par contre, le mot rumba signifie réunion ou fête collective. Son origine est attribuée à la dérivation du mot espagnol rumbo, c’est-à-dire en route.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !