•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces jeunes qui ne boivent plus d'alcool (ou presque)

Quatre jeunes adultes soulèvent leur verre pour trinquer.

Le mouvement « sober curious » rassemble une communauté qui remet en question sa relation avec l'alcool et désire essayer la sobriété.

Photo : iStock / DisobeyArt

Carolle-Anne Tremblay-Levasseur
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ils sortent, ils fêtent entre amis, mais ils ne boivent pas ou seulement très peu. Les jeunes adultes font éclater le cliché selon lequel un cocktail est de mise pour s’amuser. La sobriété a la cote. Regard sur ce choix rebelle dans une société où l’alcool est omniprésent. 

Ce mouvement d’intérêt pour la sobriété, connu en anglais sous le nom de « sober curious », offre un espace pour quiconque remet en question sa relation à l’alcool et désire essayer ce mode de vie. 

Ses adeptes ne se définissent pas comme étant alcooliques. Par contre, ces jeunes sont en réflexion sur le rapport qu’ils entretiennent avec cette substance et évaluent les hauts et les bas qui viennent avec la consommation d’alcool. 

Sur Instagram, les mots-clics entourant cette tendance rassemblent des milliers de publications. Des bars sans alcool s’implantent dans les métropoles. 

Depuis 2000, le pourcentage de buveurs dans le monde a diminué de 47,6 % à 43 %, rapporte l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Opter pour le cocktail sans alcool plutôt que pour le verre de vin peut sembler anodin. S’ensuit la plupart du temps une tempête de questions sur les motivations derrière ce choix (« Pourquoi ne bois-tu pas? »). 

Enceinte, prise d’antibiotiques, problèmes de consommation, tout y passe. Sauf la simple envie de ne pas boire d’alcool. 

Carolane Stratis, cofondatrice et rédactrice en chef des blogues Ton petit look et TPL Moms, peut en témoigner. Lors d’un épisode dépressif et de la prise de médicaments, elle a dû arrêter l’alcool. Plus tard, l’envie de consommer a simplement disparu. 

Carolane Stratis regarde l'objectif de la caméra.

Carolane Stratis est la cofondatrice et rédactrice en chef des blogues Ton petit look et TPL Moms,

Photo : Bruno Guérin

« Les effets post-consommation d’alcool ne m’intéressent pas. Ce n’est pas parce que je suis alcoolique ou que je ne suis pas capable de boire, de m'arrêter… C’est que les effets après l’alcool ne me tentent plus et que les bienfaits quand je ne bois pas sont trop grands.  »

— Une citation de  Carolane Stratis

Le plaisir sobre, mais pas beige 

Les préjugés entourant la sobriété subsistent. L’un d’entre eux règne en roi : le plaisir n’existe pas dans l’abstinence à l’alcool. 

Ce à quoi Mme Stratis répond : « C’est faux. » 

Amatrice de bals et de soirées mondaines, elle se considère la preuve vivante qu’une vie riche et pleine existe en dehors de la consommation d’alcool, avec une eau pétillante à la main! 

Éliane Gagnon, fondatrice du Soberlab et comédienne, en a fait sa mission. 

Après un combat contre la dépendance à l’alcool, elle a fondé cet organisme pour offrir un espace de créativité et de soutien pour ceux et celles qui sortent d’une dépendance. Mais c’était aussi pour redonner ses lettres de noblesse à la sobriété. 

« Je me demandais ce qu’allait être ma vie [après la consommation]. Ça va être beige? Et pourtant, la sobriété m’amène de l’énergie, de la créativité. Cette créativité-là me garde en vie, heureuse et en équilibre. »

— Une citation de  Éliane Gagnon

Elle salue ce mouvement d’intérêt pour la sobriété qui permet de lever le voile sur la consommation d’alcool et de faire éclater la stigmatisation des personnes sobres, qu’elles le soient par choix ou par nécessité. 

Éliane Gagnon au micro de Catherine Perrin.

Éliane Gagnon

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Avec ces mouvements-là, ça devient normal d’être sobre. La sobriété n’est plus remise en doute. On peut renverser la question “Pourquoi tu ne bois pas?”. - Éliane Gagnon

Jean-Simon Bourgie a lui aussi lutté contre ses démons liés à la consommation d’alcool et de drogue. Maintenant sobre, il fait valoir l’importance de dissocier le plaisir de l’alcool parce qu’une vie existe aussi dans la sobriété. 

« Voir des personnes qui sont abstinentes et capables d'avoir du plaisir, ça peut aider pour que d’autres aillent chercher de l’aide ou réfléchissent à la place de l’alcool dans leur vie. »

— Une citation de  Jean-Simon Bourgie

Le cannabis et l’alcool : même combat? 

La légalisation du cannabis a été un moment charnière pour les buveurs. C’est ce que croit Anne Elizabeth Lapointe, directrice générale de la Maison Jean Lapointe. 

Pourquoi encadrer autant cette substance psychoactive alors que l’alcool, qui présente aussi des risques pour la santé, se vend au dépanneur du coin?  

Une personne tient un joint.

Au Canada, le cannabis a été légalisé en octobre 2018.

Photo : iStock

Selon Mme Lapointe, cette contradiction ne pouvait plus rester dans l’ombre, ce qui explique en partie l’émergence d’une réflexion collective entourant la consommation d’alcool. 

« Que des personnes décident de ne pas en consommer et d’en parler haut et fort, ça met en lumière qu’on a trop longtemps banalisé et encouragé l’alcool. »

— Une citation de  Anne Elizabeth Lapointe

Elle explique que la stigmatisation envers ces gens qui ne consomment pas d’alcool persiste : ils créent un malaise lorsqu’ils disent préférer l’eau pétillante à l’apéro plutôt qu’un Aperol spritz. 

Mme Lapointe pose devant une affiche où l'on voit son père Jean Lapointe.

Anne Elizabeth Lapointe est la nouvelle directrice générale de la Maison Jean Lapointe.

Photo : Maison Jean Lapointe

Le fait que de plus en plus de personnes décident de ne plus boire d’alcool occasionnellement ou de ne plus en boire du tout normalise l’abstinence. Pour ceux et celles qui souffrent de dépendance, c’est un pas de plus « pour faciliter leur sobriété », mentionne Anne Elizabeth Lapointe. 

L’art du cocktail sans alcool

La tendance émerge dans les grandes villes comme New York et Montréal qui comptent les premiers bars sans alcool. Imaginez la même ambiance festive, mais seulement des cocktails sans spiritueux au menu. 

Le Mindfulbar, à Montréal, ouvrira ses portes en juillet prochain. L’idée a germé dans l’esprit des propriétaires au moment où ils cherchaient un endroit où se rassembler et s’amuser en soirée sans consommer d’alcool. 

Ils ont donc décidé de créer cet espace eux-mêmes. 

Diego Bayancela, un des copropriétaires, explique que la tendance grandissante pour le bien-être convainc les gens à opter pour des produits sains et peu caloriques. 

« Le marché ne fait qu’augmenter. Les gens s’inquiètent plus pour leur santé et cherchent d’autres possibilités. »

— Une citation de  Diego Bayancela

Les produits sans alcool deviennent une solution complémentaire à ce mode de vie.  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !