•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Congrès vote une aide d'urgence de 4,6 milliards pour les migrants

Des hommes, des femmes et des enfants attendent en file.

Des demandeurs d'asile honduriens au Mexique, près de la frontière américaine, attendant une distribution de repas.

Photo : Reuters / Loren Elliott

Reuters

La Chambre des représentants – où les démocrates sont majoritaires – a adopté jeudi un projet de loi voté la veille par le Sénat – contrôlé par les républicains – prévoyant une aide de 4,6 milliards de dollars américains pour faire face à l'afflux de migrants à la frontière avec le Mexique.

Le texte va désormais être transmis au président Donald Trump pour promulgation. Beau travail de la part de tous, a déclaré sur Twitter le président américain en soulignant qu'il s'agissait d'un accord bipartisan.

La Maison-Blanche et le Sénat se sont opposés aux changements proposés par les chefs de file démocrates, lesquels avaient soumis un texte comprenant de nouvelles dispositions pour les migrants en détention : programmes d'hébergement, d'alimentation, de transport et d'assistance.

Le texte adopté jeudi prévoit notamment des fonds pour payer des heures supplémentaires aux employés de l'agence de police douanière et de contrôle des frontières (ICE).

Il alloue également 145 millions de dollars au département de la Défense pour l'aider à couvrir les frais des opérations qu'il mène à la frontière mexicaine sur ordre de Donald Trump.

Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, a déclaré juste avant le vote que son parti laissait de côté toute querelle sur ce sujet pour le moment.

Au bout du compte, nous devons faire en sorte que les ressources nécessaires à la protection des enfants soient disponibles, a-t-elle dit dans un communiqué. Afin que ces ressources soient disponibles « le plus rapidement », a-t-elle ajouté, nous allons adopter à contrecœur le texte du Sénat.

Les interpellations de migrants clandestins, pour la plupart des familles venues d'Amérique centrale, ont atteint en mai leur total le plus élevé en plus d'une décennie. Des responsables ont prévenu que les agences frontalières allaient manquer de ressources et que les centres de détention étaient surpeuplés.

La photo d'un homme et de sa petite fille, gisant noyés dans les eaux du Rio Grande après avoir tenté de franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis, a également suscité l'émotion dans le monde.

Le sort des migrants demandant l'asile à la frontière mexicaine, et en particulier les conditions de détention des enfants, sont devenus des questions centrales de la campagne pour l'élection présidentielle de 2020. Ils ont été évoqués mercredi lors d'un premier débat télévisé entre plusieurs candidats à l'investiture démocrate.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International