•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Célébrer le multiculturalisme hors des grands centres urbains

Quatre femmes vêtues de robes traditionnelles en train de danser sur une place publique.

Une des nombreuses troupes de danses qui ont participé à la Journée canadienne du multiculturalisme à Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Miguel Lachance

Jeudi après-midi, la Ville de Thunder Bay a souligné pour une deuxième année la Journée canadienne du multiculturalisme avec un barbecue communautaire gratuit, des danses folkloriques et des activités familiales. Selon la carte recensant les événements de la journée partout au pays, il s’agit de l'une des rares célébrations en dehors des grands centres urbains.

Dans le Nord de l’Ontario, la seule autre activité inscrite sur le site du gouvernement fédéral s’est déroulée à Fort Frances. La grande majorité des événements dans la province avait lieu dans la région de Toronto.

Dans son discours, le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, a affirmé que le multiculturalisme est au cœur même de l’identité de la ville.

Un homme derrière un podium.

Selon le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, la ville compte des membres de plus de 50 communautés culturelles différentes.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

M. Mauro précise que les communautés rurales du Nord doivent redoubler d’efforts pour attirer des immigrants et contrer le déclin de la population.

Thunder Bay a toujours été une communauté diversifiée et multiculturelle. Pendant mes 15 années en tant que député provincial, j’ai souvent dit à mes collègues de Toronto que Thunder Bay a été multiculturelle bien avant Toronto.

Bill Mauro, maire de Thunder Bay
Un groupe de personnes près d'un podium devant un bâtiment.

Les discours des dignitaires ont été traduits en français, espagnol, arabe et somali, comme l'a expliqué Cathy Woodbeck, la directrice générale de l'Association multiculturelle de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Le maire a souligné l’arrivée cette semaine d’un nouveau groupe de réfugiés, dont un jeune Birman qui a été réuni avec des membres de sa famille après avoir passé plusieurs années dans un camp de réfugiés en Thaïlande.

Ce sont des histoires formidables qui continuent de changer le visage de Thunder Bay. Nous sommes excités que de nouveaux arrivants choisissent Thunder Bay.

Bill Mauro, maire de Thunder Bay

Après l’accueil, l’intégration

Le conseiller municipal Peng You, d’origine chinoise, croit être un bon exemple pour les nouveaux arrivants et les possibilités qui s’offrent à eux à Thunder Bay.

Lors de son arrivée avec sa conjointe au Canada en 1990, M. You ne parlait pas anglais.

Il raconte qu’à force d’efforts et de persévérance, il a réussi à se tailler une place, notamment en ouvrant deux restaurants et une académie de tai-chi.

Il croit que son élection en octobre dernier est une preuve que tout est possible pour les nouveaux arrivants, à condition de ne pas s’isoler.

Un homme portant des lunettes de soleil en train de parler à deux personnes.

Peng You a terminé au premier rang parmi les candidats pour les cinq postes de conseillers généraux élus par l’ensemble des électeurs de la ville, avec plus de 20 000 votes.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

M. You encourage les immigrants à participer activement à la vie de leur communauté d’accueil, tout en restant eux-mêmes.

Peng You croit par ailleurs que les célébrations comme celle de la Journée canadienne du multiculturalisme sont essentielles pour former une communauté unie.

Joy Gabler, une agente d’établissement de l’Association multiculturelle de Thunder Bay et elle-même immigrante, partage cette opinion.

«Je pense que c’est important pour montrer la diversité et comment on peut vivre en famille, en communauté.

Joy Gabler, agente d’établissement à l’Association multiculturelle de Thunder Bay

Elle est d’ailleurs convaincue que Thunder Bay est en mesure de bien accueillir les nouveaux arrivants, notamment grâce au travail des écoles.

Nord de l'Ontario

Minorités culturelles