•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les propos de Brian Pallister sur la loi québécoise sur la laïcité font réagir

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a affirmé mercredi que la loi québécoise sur la laïcité menaçait les libertés des Canadiens.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

Les propos du premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, qui estime que la loi québécoise sur la laïcité est dangereuse et va à l'encontre des valeurs canadiennes suscite de nombreuses réactions.

Brian Pallister a affirmé, mercredi, que cette loi québécoise menaçait les libertés des Canadiens et qu'il est offusqué de voir une loi qui, à ses yeux, est contraire à l'esprit du pays.

Sur les réseaux sociaux, la réponse ne s’est pas fait attendre. De nombreux commentaires invitent plus ou moins poliment Brian Pallister à se mêler des affaires de sa province. 

Jeudi en conférence de presse commune avec les premiers ministres de l’ouest à l’issue de leur réunion d’une journée à Edmonton, le premier ministre du Manitoba a enfoncé le clou.

Le Manitoba reste soucieux de tout ce qui pourrait interférer avec notre capacité à célébrer en tant que pays la diversité qui est notre réalité, a-t-il fait savoir.

Je suis toujours soucieux de l’érosion des droits dans notre pays. Je continuerai donc d’avoir cette opinion et je continuerai de l’exprimer.

Le politologue Roger Turenne s'interroge de son côté sur la pertinence de l'intervention du premier ministre, alors que la loi a déjà été adoptée.

Où était Monsieur Pallister lorsque cette loi était en train d’être discutée et avant qu’elle ne soit adoptée? Complètement absent, lance-t-il.

Il suspecte une manoeuvre purement politique de la part du chef conservateur manitobain.

Il y a une élection au Manitoba. Ça ne lui coûte rien, c’est facile de se proclamer en faveur de la vertu, dit Roger Turenne, qui qualifie la position de Brian Pallister d’approche purement électoraliste, irréfléchie et irresponsable .

Selon lui, Brian Pallister pourrait se heurter à un écueil au sein de son propre parti.

Même au Canada anglophone, il y a une certaine proportion de la population qui est assez sympathique à l’approche du Québec. Ça pourrait jouer contre lui, estime Roger Turenne.

Il reste à voir, selon lui, si la position du premier ministre conservateur sera payante pour son équipe et lui lors des élections, le 10 septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique provinciale