•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sony, Microsoft et Nintendo contestent les taxes douanières américaines

Les logos de PlayStation, de Xbox et de la Switch.

Sony, Microsoft et Nintendo dépendent actuellement des industries chinoises pour fabriquer leurs consoles de jeux PlayStation, Xbox et Switch.

Photo : Sony / Microsoft / Nintendo

Radio-Canada

Sony, Microsoft et Nintendo ont demandé aux autorités américaines de retirer les consoles de jeux vidéo de la liste des produits frappés par de potentielles nouvelles taxes sur les importations venues de Chine, selon un courrier (Nouvelle fenêtre) rendu public mercredi.

Après une première salve de taxes douanières sur une partie des biens fabriqués en Chine, l'administration américaine menace d'infliger des tarifs douaniers sur les 300 milliards de dollars d'importations restantes, ce qui représenterait la totalité des importations américaines de produits chinois, y compris les consoles de jeu.

Des taxes de 25 % renchériraient les prix des consoles de 840 millions de dollars, un montant qui devrait être absorbé par les consommatrices et consommateurs, ont écrit les trois géants du secteur dans un courrier daté du 17 juin et publié par le site d'informations Vice mercredi. Quelque 220 000 emplois américains seraient également menacés par de nouvelles taxes, dont des centaines dans de petites entreprises, estiment les trois fabricants de consoles.

« Même si nous apprécions les efforts du gouvernement américain pour protéger la propriété intellectuelle américaine et la domination technologique américaine, le préjudice disproportionné causé par ces taxes aux entreprises et à la population américaines compromettra ces objectifs, plutôt qu'il n'aidera à les atteindre », écrivent-ils dans ce courrier adressé au représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer.

Nombre de chefs d'industries de différents secteurs d'activité ont déjà écrit aux autorités américaines pour dénoncer aussi ces taxes, se disant contraints de les répercuter sur les prix de vente.

Les commentaires de Sony, de Microsoft et de Nintendo font écho à ceux de l'Association des fabricants de jeux des États-Unis, un organisme sans but lucratif représentant plus d'un millier d'entreprises du domaine des jeux de table, selon ce que rapporte Polygon.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Polygon

Jeux vidéo

Techno