•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Outaouais sollicite à nouveau Québec pour développer la santé, l’éducation et l’économie

Des édifices fédéraux sur la rue Laurier dans le secteur de Hull.

L'économie de l'Outaouais demeure dépendante de la fonction publique fédérale (archives).

Photo : Radio-Canada

Emmanuelle de Mer

Une coalition régionale revient à la charge et demande au gouvernement du Québec d’agir concrètement pour stimuler le développement de l’Outaouais. Le Front régional Outaouais a rendu publique jeudi une mise à jour des principaux enjeux régionaux à régler, ciblant particulièrement les soins de santé, l’éducation postsecondaire et le développement économique.

La coalition rappelle que les résidents de l’Outaouais continuent de se faire soigner en grand nombre dans les établissements de santé ontariens.

Les universités et collèges d’Ottawa demeurent aussi des attraits et l’économie reste grandement dépendante de la fonction publique fédérale.

Le même constat avait été établi en 2015 suivi de démarches semblables auprès du précédent gouvernement de Philippe Couillard. Ce dernier avait particulièrement investi en éducation postsecondaire, créant notamment de nouveaux programmes au Cégep de l’Outaouais et à l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Le Front régional estime toutefois que « le chemin parcouru n’est pas à la hauteur des attentes ». Il a donc mis à jour ses données et interpelle de nouveau directement la province.

L'Outaouais est sous-financé

Il y a un sous-financement historique de l’Outaouais par rapport à d’autres régions du Québec, a résumé le maire de Gatineau lors du point de presse.

Maxime Pedneaud-Jobin a aussi répété qu’il s’agissait d’un enjeu national touchant tout le Québec, et non uniquement régional – un argument présenté dès 2015.

Au lieu d’être un problème pour le Québec, on veut être une des forces dynamiques.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Le maire de Gatineau souhaite que la relation évolue entre l’Outaouais, qui se disait une région « oubliée », et le gouvernement provincial. On ne veut plus quêter. On ne veut plus que ce soit des projets à la pièce, a-t-il martelé. On veut contribuer au développement du Québec et on pense que notre potentiel est énorme.

Les nombreux représentants de la coalition, dont le maire de Gatineau, posent en compagnie du député et ministre Mathieu Lacombe.

Le Front régional Outaouais souhaite que la région devienne un levier de développement pour tout le Québec.

Photo : Radio-Canada

De l’ouverture à Québec

En recevant le rapport mis à jour, le député de Papineau et ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a déclaré que son gouvernement s’engage à mettre des outils sur la table. On est déjà au travail, a-t-il ajouté.

Il rapporte qu’il y a eu plusieurs rencontres avec les ministres des dossiers concernés, comme l’éducation, le tourisme et la culture. Mais il reste beaucoup à faire, a-t-il concédé.

C’est terminé le temps où la région de l’Outaouais était tenue pour acquise, a-t-il lancé. On a l’intention de changer les choses, de se mettre au travail et on pose la première brique aujourd’hui.

Le gouvernement provincial prendra connaissance du Dossier Outaouais dans les prochaines semaines.

Le Front régional Outaouais est une coalition d’organismes représentant les élus locaux, le tourisme, la santé, l’enseignement supérieur et les entreprises régionales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !