•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec ordonne le transfert de deux écoles anglophones à la CSPI

Le ministre Roberge en chambre.

Le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-François Roberge

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mathieu Dion

Dans le litige opposant les commissions scolaires de la Pointe-de-l’Île (CSPI) et English-Montreal (CSEM), le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a tranché. En guise de compromis, deux écoles anglophones seront transférées à la CSPI, plutôt que trois, selon une lettre envoyée aux parents de la CSEM dont Radio-Canada a obtenu copie.

Le manque d’espace est criant à la CSPI : il manque 150 classes pour accueillir 3000 élèves en septembre. Les écoles primaire General Vanier et secondaire John Paul I, à Saint-Léonard, auront dorénavant une vocation francophone. L’École Gerald McShane demeurera dans le giron de la CSEM, car il s'agit du seul établissement scolaire primaire de langue anglaise de Montréal-Nord.

Cette décision, qui représente l'équivalent de seulement 38 classes supplémentaires, réglerait à court terme les besoins les plus pressants, mais d'autres solutions doivent être envisagées au sein de la CSPI. Des bibliothèques, des salles d'informatique et des locaux réservés au personnel ont déjà dû être temporairement convertis en classes. Autre exemple soulevé dans la lettre : Un centre administratif aux entreprises sera modifié pour accueillir des élèves à la prochaine rentrée.

La situation actuelle ne nous laissait pas d'autre choix que de transférer les écoles, écrit le ministre. Dans l'intérêt de tous, nous ne pouvons pas demander aux élèves de la CSPI de rester chez eux jusqu'à la construction de nouvelles écoles.

Jean-François Roberge avait donné aux commissions scolaires jusqu’au 10 juin pour en arriver à une entente. Faute d’accord, il avait enclenché un processus qui s’est conclu par décret au conseil des ministres de mercredi. Un même décret a été ordonné la semaine dernière pour transférer l’École secondaire Riverdale à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

C’est une décision difficile, indique M. Roberge dans sa lettre. En contrepartie, une aide financière substantielle sera offerte à la CSEM pour faciliter la transition des enfants, des enseignants et de tout le personnel scolaire qui devront quitter leur établissement pour un autre situé à proximité.

Il faut bien en convenir: des classes vides ne profitent à personne.

Extrait de la lettre du ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, acheminée aux parents de la CSEM

La CSEM, qui fait face à un faible taux d’occupation, avait offert à la CSPI une cohabitation au sein de certaines de ses écoles, sans résultat.

Un examen aura lieu dans les prochains mois afin de mieux connaître les besoins de la CSEM. La commission scolaire a d'ailleurs lancé une consultation publique de six mois à cet effet.

La police intervient lors d’une réunion de parents

Preuve que cet enjeu est sensible à la CSEM, une réunion de parents a dégénéré jeudi dernier sur la question de la cohabitation. Une telle solution ne contribuerait qu'à éroder la communauté plus lentement, ont soulevé certains. D'autres se sont aussi montrés préoccupés de ne pas savoir quelle école fréquenteront leurs enfants à l’automne.

Le ton des échanges impliquant des commissaires scolaires a monté, si bien que la police et des agents de sécurité ont dû intervenir. Personne n’a été arrêté.

Une déclaration du ministre au micro d’une radio francophone de Montréal a également soulevé l'indignation de la communauté anglophone dans les dernières semaines. Jean-François Roberge s’était dit insatisfait des solutions proposées par la CSEM au lendemain de la date butoir du 10 juin et avait annoncé un transfert à venir, sans en avoir avisé au préalable la commission scolaire.

Mercredi, à la sortie du conseil des ministres, M. Roberge a d’ailleurs mentionné aux journalistes qu’il souhaitait aviser les parents de sa décision avant de la rendre publique, question de respect.

Mais le dossier ne sera pas clos pour autant. L’Association des commissions scolaires anglophones du Québec a déjà évoqué que ce transfert serait anticonstitutionnel puisqu’il pénalise la minorité de langue anglaise.

Éducation

Politique