•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois-Rivières encourage ses citoyens à composter

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, avec les conseillers municipaux Claude Ferron, Mariannick Mercure ainsi que Joëlle Carle de la Brouette.

La Ville de Trois-Rivières a annoncé une distribution de composteurs à prix réduit ainsi que de la formation.

Photo : Radio-Canada

Anne-Andrée Daneau

Il est de plus en plus facile et accessible de faire son compost à la maison. Pour encourager les citoyens à le faire, la Ville de Trois-Rivières a lancé mercredi un programme de distribution de composteurs et offert 450 bacs à prix réduit.

Les citoyens pouvaient se procurer le bac au coût de 10 $, ce qui représente 20 % de sa valeur réelle, mais pour ce faire, il fallait absolument qu’ils s’engagent à suivre une formation.

Les 450 bacs ont trouvé preneur dans les heures qui ont suivi l'annonce.

Trois-Rivières déboursera donc un peu moins de 50 000 $ pour ces bacs noirs pour éviter que les matières organiques, qui représentent jusqu’à 45 % de nos déchets, ne soient envoyées aux sites d’enfouissement.

Pour l’organisme la Brouette, un organisme qui fait la promotion de l'agriculture urbaine et un mode de vie écoresponsable, il est plus que temps d'agir. 

Souvent, les gens vont s'acheter un composteur sans trop savoir comment faire, explique la directrice générale de la Brouette, Joëlle Carle. 

Quand j’ai commencé à composter il y a une dizaine d’années, j’ai fait des essais-erreurs, grâce à la formation d’une heure, on donne nos meilleurs trucs. C’est vraiment important d’avoir une formation, ajoute-t-elle.

Ne plus enfouir les matières organiques d’ici 2020

Québec veut que d’ici 2020, toutes les municipalités atteignent l’objectif de zéro enfouissement de matière organique. La Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) doit préparer cette transition, mais pour l'instant, la Ville de Trois-Rivières étudie plusieurs scénarios afin de se conformer à cette obligation.

Plusieurs projets sont déjà en cours, notamment un nouveau bac de compost collectif rotatif à la Maison pour tous de Trois-Rivières et l’ajout prochain d'espace à celui déjà en place au musée Pop.

Comme toutes les matières organiques ne peuvent pas aller dans les petits bacs noirs, le chef de division environnement de la Ville de Trois-Rivières, Dominic Thibeault, affirme qu’une collecte restera nécessaire.

Mauricie et Centre du Québec

Politique municipale