•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq baleines noires mortes : les navires doivent ralentir dans le golfe

Une baleine noire de l'Atlantique Nord comme celle-ci vient d'être découverte sur la côte de l'île d'Anticosti.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Fahmy

Radio-Canada

Transports Canada élargit une limite de vitesse imposée aux navires à la suite de la mort d’une cinquième baleine noire de l’Atlantique Nord dans le golfe du Saint-Laurent cette année, découverte cette fois sur la côte de l'île d'Anticosti.

La nouvelle limite temporaire de vitesse de 10 nœuds est imposée aux navires de 20 mètres ou plus qui circulent dans l’ouest du golfe du Saint-Laurent, dans deux couloirs de navigation désignés au nord et au sud de l’île d’Anticosti.

Cette mesure s’ajoute à la limitation de vitesse constante imposée le 28 avril 2019 dans une vaste zone du golfe du Saint-Laurent, où les navires de 20 mètres ou plus doivent limiter leur vitesse à 10 nœuds jusqu’au 15 novembre 2019, précise le ministre des Transports Marc Garneau.

La situation est inquiétante, explique la ministre de l'Environnement et du Changement climatique du Canada, Catherine McKenna.

C'est toujours inquiétant quand on voit cinq baleines noires qui sont mortes. Mais on doit faire la science. On doit comprendre comment, pourquoi, comment c'est arrivé, qu'est-ce qu'on peut faire mieux. Et je sais que notre ministre des Pêches et des Océans travaille fort sur cet enjeu [...] Nous avons déjà des règlements sur la vitesse parce que des fois ce sont les bateaux qui frappent les baleines noires. Aussi, la pollution de plastique avec les filets. Nous travaillons avec le monde entier parce que les filets quand on en a fini, si on les jette, on voit ce qui arrive avec les baleines, les autres mammifères, affirme la ministre McKenna.

Des scientifiques du ministère des Pêches et des Océans ont déjà prélevé des échantillons de la cinquième baleine pour faire une analyse. Le ministère dit travailler avec ses partenaires d'intervention auprès des mammifères marins pour évaluer la possibilité de faire une nécropsie.

La deuxième baleine noire trouvée morte cette année, surnommée Ponctuation, a fait l’objet d’une nécropsie, mardi, à Petit Étang, en Nouvelle-Écosse.

Selon les vétérinaires qui ont procédé à la nécropsie, les résultats préliminaires sont compatibles avec une mort causée par un traumatisme aigu, ce qui correspond à une collision avec un navire. Les résultats définitifs détaillés de la nécropsie seront disponibles dans les prochains mois, affirme Pêches et Océans Canada dans un communiqué.

Il est important de connaître la cause exacte de ces morts, explique l’experte en mammifères marins Lyne Morissette.

On a deux grandes causes de mortalité sur lesquelles on pointe toujours le doigt : les empêtrements dans les engins de pêche et le transport maritime. Mais au-delà de ça, il y a aussi la mortalité naturelle, les cancers, la vieillesse. Les baleines peuvent mourir de plein de choses. Il faut vraiment se pencher sur ces questions-là et essayer de comprendre de quoi elles meurent pour essayer de la protéger le mieux possible, affirme Lyne Morissette.

Avec des renseignements de Fannie Bussières McNicoll

Nouveau-Brunswick

Protection des espèces