•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eldorado Gold inaugure la nouvelle mine Lamaque à Val-d’Or

Un travailleur devant une entrée de mine.

L'entrée de la mine Lamaque à Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

La minière Eldorado Gold a inauguré officiellement la mine Lamaque mercredi. La mine, qui est située à quelques kilomètres de Val-d’Or, a commencé sa production commerciale le 31 mars dernier.

Il aura fallu près de huit ans de travaux, après la découverte du gisement Triangle, pour en arriver à l’ouverture officielle de la mine Lamaque.

Il s’agit d’un jour important pour des travailleurs comme le mineur Ian Massy, qui était aux premières loges pour assister au démarrage de la mine. On est très fiers, a-t-il déclaré d’entrée de jeu. Avec tout ce qui s’en vient, d’après moi, on en a pour un bon bout. J’espère qu’on va rester très longtemps.

C’est un accomplissement de plusieurs années de travail, a affirmé le directeur de la mine, Sylvain Lehoux, lors d’un point de presse en soulignant l’ouverture officielle.

Six dignitaires devant une bannière de la mine Lamaque.

Conférence de presse d'ouverture de la mine Lamaque à Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Les efforts se poursuivront dans le but d’allonger la durée de vie de la mine, estimée à sept ans. On a des plans de match pour le futur, puis on travaille très fort avec nos gens pour assurer la pérennité, a-t-il souligné. Plus de 37 000 mètres de forage d’exploration sont d’ailleurs prévus cette année.

Une mine historique

La première mine Lamaque avait donné naissance en 1934 au quartier Bourlamaque, puis avait contribué à la création de la ville de Val-d’Or lors de la colonisation.

Cette nouvelle mine, du même nom, vient donc de nouveau mettre en valeur un gisement historique, ce qui réjouit le maire de Val-d’Or. C’est une bonne nouvelle, pas juste pour la ville, mais pour toute la communauté valdorienne, a-t-il souligné, tout en énumérant les retombées économiques anticipées.

Ce sont des conditions de travail avantageuses dans un environnement de plus en plus sécuritaire, où on a des considérations environnementales de haut niveau pour rencontrer des standards qui sont de plus en plus rigoureux.

Pierre Corbeil, maire de Val-d’Or

Subvention de plus d'un demi-million de dollars

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, en a profité pour annoncer une aide financière de 600 000 $ à la minière, afin qu’elle adopte une nouvelle méthode de minage plus sécuritaire.

Cette somme provient du Programme d’appui à la recherche et à l’innovation du domaine minier qui a été renouvelé par le gouvernement.

C’est un beau modèle de mine pour le Québec. On est fier de les accompagner, a mentionné M. Julien, précisant qu’Eldorado avait su prendre en considération les enjeux d’acceptabilité sociale.

Selon le ministre, c'est le rôle du gouvernement d’investir pour favoriser l’émergence de nouvelles technologies. Ça va passer par un apport du gouvernement en recherche qui vient supporter ces entreprises qui vont développer ces technologies, donc au bénéfice de l’ensemble de la communauté, a-t-il conclu.

La minière prévoit embaucher jusqu’à 500 employés, et la masse salariale pour 2019 est estimée à 60 millions de dollars.

Abitibi–Témiscamingue

Métaux et minerais