•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Venezuela : le gouvernement dénonce une tentative de coup d’État impliquant trois pays

Nicolas Maduro est assis à une table avec des commandants de l'armée.

Le président Nicolas Maduro s'entretient avec des commandants de l'armée le 3 juin, à Caracas.

Photo : Reuters / Handout .

Radio-Canada

Après une relative accalmie, les tensions politiques reprennent au Venezuela. Le gouvernement vénézuélien a affirmé mercredi avoir mis en échec une tentative de « coup d’État » militaire dans laquelle seraient impliqués les États-Unis, la Colombie, le Chili ainsi que des militaires vénézuéliens.

Cette tentative de « coup d’État » prévoyait, selon les autorités vénézuéliennes, l’assassinat du président Nicolas Maduro.

Caracas a également affirmé que des agents gouvernementaux s'étaient infiltrés dans la préparation du renversement de M. Maduro et de son remplacement par un général.

« Nous avons assisté à toutes les réunions de planification du coup d'État », a déclaré le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez.

M. Rodriguez a indiqué que des militaires actifs et retraités ainsi qu'un ancien chef du renseignement seraient impliqués dans cette opération.

Le ministre de la Communication a accusé le président colombien de droite, Ivan Duque, de « planifier des coups d'État, des assassinats du président » Maduro, ainsi que le président conservateur du Chili, Sebastian Pinera, et le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton.

Pour la partie vénézuélienne, M. Rodriguez a mis en cause l'ancien chef du renseignement du Venezuela, le général Cristopher Figuera, parti en Colombie après un soulèvement raté contre Nicolas Maduro et arrivé lundi aux États-Unis.

Selon le ministre, l’ancien général aurait amassé « des centaines de milliers de dollars » pour financer cette opération.

Le Washington Post a publié lundi une entrevue du général Cristopher Figuera, qui affirmait que le président socialiste pouvait encore tomber.

Celui qui est accusé par le président Maduro d'être une « taupe de la CIA » a ajouté que le régime « nous a damé le pion. Mais cela pourrait changer rapidement », accusant par la même occasion plusieurs hauts responsables du pouvoir, y compris des membres de la famille de M. Maduro, de corruption.

Guaido nie une tentative de coup d’État

Bien qu’il ne soit pas cité dans les déclarations du gouvernement vénézuélien, l’opposant Juan Guaido a rejeté les accusations de tentative de « coup d’État », mais il a appelé l’armée à rompre avec le président Maduro.

« C'est la énième fois, et la presse a déjà perdu le compte du nombre de fois où ont été répétées de telles accusations. L'appel que nous avons lancé et que nous continuons de lancer s'adresse au corps militaire, c'est à l'armée de se ranger du côté de la Constitution », a déclaré M. Guaido devant les journalistes.

Le 23 janvier dernier, Juan Guaido s’est autoproclamé président par intérim. Depuis, une cinquantaine de pays, dont les États-Unis, l’ont reconnu comme tel et accentuent la pression sur le président en exercice Nicolas Maduro.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Crises politiques

International