•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des messages textes non sollicités irritent des électeurs

Andrew Scheer parle au cellulaire adossé à une cabine téléphonique rouge à Londres.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, en voyage à Londres en mars 2018.

Photo : Twitter / @AndrewScheer

Radio-Canada

Une campagne de messages textes non sollicités à l’approche des élections fédérales d’octobre indispose certains résidents du Nouveau-Brunswick.

Élections Canada confirme que des citoyens de plusieurs provinces se sont plaints de recevoir des messages impromptus du Parti conservateur fédéral.

Sylvie Blain, une résidente du Nouveau-Brunswick, est l’une des personnes qui a reçu jeudi dernier un message texte d’une inconnue disant se prénommer Sarah, lui demandant si le Parti conservateur pouvait compter sur son soutien. Mme Blain affirme que ce genre de communication non sollicitée est une intrusion dans [sa] vie privée.

Dans le passé, quand notre numéro de téléphone de maison était publié dans un bottin téléphonique, on pouvait s'attendre à recevoir des appels de ce genre-là, dit-elle. Comme les numéros de téléphone cellulaire ne sont pas publiés de la même manière, elle croit que le public est en droit d’être épargné par ce genre de message.

Un message texte de « Sarah » du Parti conservateur fédéral sur le téléphone d'une femme du Nouveau-Brunswick.

Des citoyens ont reçu des messages textes non sollicités comme celui-ci.

Photo : Radio-Canada

Il est impossible d’échanger avec Sarah, qui répond aux textos par d’autres messages textes automatiques. Un appel mène à la « ligne de service à la clientèle du Parti conservateur du Canada », où il est possible de laisser un message.

Signalements dans plusieurs provinces

Environ une quinzaine de personnes ont communiqué avec nous pour nous signaler qu'ils avaient reçu des textos ou encore pour nous demander des questions à leur sujet, indique une porte-parole d'Élections Canada, Natasha Gauthier.

Il ne s'agissait pas seulement de résidents du Nouveau-Brunswick, ajoute-t-elle, puisque des textos semblables ont été reçus en Ontario et au Québec.

Pourquoi votre numéro est-il choisi?

Au Parti conservateur du Canada, le directeur des communications, Cory Hann, trace un parallèle entre cette campagne et le porte-à-porte qu’effectuent les candidats auprès des électeurs. Tout comme lorsque nous frappons à la porte de quelqu'un au hasard, affirme M. Hann, s'il souhaite interagir davantage avec nous, il le peut.

Le Parti conservateur génère des numéros de téléphone au hasard en utilisant le plan de numérotation nord-américain, qui rend publics les six premiers chiffres de tous les numéros de téléphone au Canada, et un logiciel qui génère au hasard les quatre derniers chiffres.

Ce genre de logiciel est un outil couramment utilisé par les instances des campagnes politiques de toutes allégeances.

Nous respectons les demandes des personnes qui ne souhaitent pas être contactées par SMS, et leurs numéros sont ajoutés à notre liste interne de numéros exclus, affirme le directeur des communications du Parti conservateur.

Ces messages ne contreviennent pas à la Loi canadienne anti-pourriel (Nouvelle fenêtre), indique Élections Canada, puisque la formation politique ne sollicite pas le public dans le but de vendre des produits.

Quant à Sylvie Blain, elle ne croit pas que cette façon d’interpeller les électeurs est la meilleure. Disons que ça ne me donne pas envie de voter pour eux. Je ne pense pas que c'est une bonne façon d'aller chercher l'appui des électeurs, dit la Néo-Brunswickoise. Moi, je n'ai pas du tout envie de voter pour quelque parti que ce soit qui viendra me texter sans mon autorisation.

D’après le reportage de Francis Pilon

Nouveau-Brunswick

Élections fédérales