•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déclin de 1 % de la population de baleines noires en juin

Une baleine.

« Comet », l'une des baleines retrouvées mortes durant le mois de juin.

Photo : gracieusete / Moira Brown du Centre Anderson Cabot de l'Aquarium de New England.

Jessica Savoie

Les quatre baleines mortes au cours des dernières semaines représentent un déclin de 1 % de la population de l'espèce, selon l'Institut canadien des baleines.

Pêches et Océans Canada a confirmé mardi la mort de deux baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent. Celles-ci ont été repérées au Nouveau-Brunswick et au Québec.

Ces deux derniers décès portent à quatre le nombre de baleines noires de l’Atlantique Nord mortes au mois de juin.

À l'aide des photos des deux dernières carcasses qui circulaient sur Internet cette semaine, les chercheurs du Centre Anderson Cabot ont réussi à identifier les deux cétacés.

Ce centre de recherche se concentre sur le déclin des baleines depuis de nombreuses années. Il étudie chaque cas de mortalité de l'espèce au Canada afin de déterminer les causes des décès et de ralentir le déclin de la population.

« Comet », une baleine adorée des chercheurs

La troisième baleine retrouvée ce mois-ci est un mâle appelé « Comet », nom qui fait référence à la large cicatrice qu'il portait sur le dos. Comet a été aperçu pour la toute première fois en 1985 près de Cape Cod Bay et depuis, il a fait au moins une apparition par année.

Il a été photographié dans le golfe du Saint-Laurent pour la première fois en 2017, et y est retourné une deuxième fois l'année suivante. La dernière fois qu'il a été repéré cette année, c'était aussi dans le golfe, les 5 et 7 juin derniers.

Une baleine.

« Comet » était connu des chercheurs depuis plusieurs années. Il a été aperçu la première fois en 1985 à Cape Cod Bay.

Photo : Gracieuseté / Hansen Johnson, du Centre Anderson Cabotde l'Aquarium de New England.

Comet était une des baleines préférées du Centre Anderson Cabot. Les chercheurs l'ont suivi de près pendant plus de 30 ans. Il était souvent aperçu dans des groupes actifs de baleines, ce qui lui a donné une image de mâle très sociable.

Les analyses de paternité effectuées sur Comet ont permis de constater qu'il a eu des petits en 1990 avec une autre baleine étudiée par les chercheurs. Il est devenu « grand-père » en 2013, quand un de ses rejetons a mis au monde un baleineau.

Selon les cicatrices constatées sur son pédoncule et sa douve, il aurait été impliqué dans trois conflits au cours de sa vie.

Une baleine prête à devenir maman

La quatrième et dernière baleine retrouvée morte est une femelle de 11 ans dont on ignore le nom. N'ayant pas encore atteint sa maturité sexuelle, elle n'a pas eu l'occasion de mettre au monde un bébé.

Les chercheurs disent qu'elle est née en 2008 et qu'elle a eu une enfance un peu inhabituelle. Durant l'hiver, sa mère, appelée « Harmony », n'a pas été aperçue avec les autres mamans qui restaient en groupe avec leurs bébés.

En janvier 2009, la mère et la fille ont été vues pour la première fois, pour ensuite disparaître. La fille est revenue quelques mois plus tard, seule.

Une baleine.

La quatrième baleine retrouvée morte au mois de juin était cette femelle de 11 ans.

Photo : Gracieuseté / Candace Borutskie, du Centre Anderson Cabot à l'Aquarium New England.

Comme Comet, elle a été repérée par les chercheurs dans le golfe du Saint-Laurent pour la première fois en 2017, puis en 2018. La dernière fois qu'elle a été aperçue remonte aux 5 et 7 juin derniers, lors de la sortie qui a aussi permis de photographier Comet.

La baleine sans nom était connue du centre de recherche pour s'être coincée quatre fois dans des filets de pêcheurs au cours des dernières années. Les trois premières fois, les dommages ont été mineurs, mais la dernière fois, en 2017, l'incident a laissé la baleine avec des multiples cicatrices.

Le golfe du Saint-Laurent, maison de nombreuses baleines

Le golfe est devenu un nouvel habitat très convoité par les baleines noires de l'Atlantique.

Au cours des dernières années, les chercheurs ont constaté que leurs principales aires d'alimentation dans la baie de Fundy avaient été perturbées par les changements climatiques.

Le réchauffement trop rapide des eaux affecte de façon considérable l'habitat des copépodes, la nourriture privilégiée de ces baleines. Celles-ci se sont éloignées de leur habitat d'origine pour chercher de la nourriture, d'où leur arrivée dans le golfe ces dernières années durant l'été. Depuis, des centaines de baleines ont été aperçues dans la région.

En 2015, trois baleines noires ont été retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent. Deux ans plus tard, le nombre de baleines noires mortes grimpait à 12.

Nouveau-Brunswick

Animaux