•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutter contre le trafic d’êtres humains en sensibilisant les personnes handicapées

Un homme paye une travailleuse du sexe

Un client paye une travailleuse du sexe

Photo : Radio-Canada

Rose St-Pierre

Les personnes souffrant de déficience intellectuelle seraient quatre fois plus à risque d’être victimes de trafic d’êtres humains, comme la prostitution ou le travail forcé. À Windsor, on teste un programme pilote pour sensibiliser les plus à vulnérables à ces abus.

La personne type la plus à risque de trafic de personne, c’est une jeune adolescente souffrant de déficience, lance Brandon Chase, gestionnaire du tout premier programme de formation réservé aux personnes avec une déficience intellectuelle en Ontario.

Selon lui, il était urgent d’agir, dans une région où les cas de trafic d’êtres humains ne cessent d’augmenter.

Un homme s'adresse aux journalistes.

De plus en plus de cas de trafic d'êtres humains sont reportés à Windsor, selon Brandon Chase, qui a mis sur pied un programme de sensibilisation financé par le gouvernement provincial.

Photo : Radio-Canada / Katerina Georgieva

L’objectif de cette formation, financée par le gouvernement provincial, est de sensibiliser cette population plus à risque et plus vulnérable, mais aussi d’alerter les policiers et le personnel judiciaire.

Le trafic d’êtres humains concerne particulièrement les jeunes femmes forcées de se prostituer. Mais selon Shelley Gilbert, coordonnatrice des services de travail social de l’Aide juridique de Windsor, le trafic de personnes touche même le milieu de la construction ou les aidants naturels.

Une femme s'adresse aux journalistes.

La coordonnatrice des services de travail social de l'Aide juridique de Windsor, Shelley Gilbert.

Photo : Radio-Canada / Katerina Georgieva

Les personnes souffrant de déficience intellectuelle peuvent avoir de la difficulté à comprendre ce qu'est une relation saine [...] et ne pas avoir la capacité de reconnaître qu'une personne abuse d’elles et les force à faire un travail qu’elles ne veulent pas faire, selon la travailleuse sociale.

La formation sera offerte en personne et en ligne. Le gouvernement provincial financera le programme pendant deux ans.

Windsor

Prévention et sécurité