•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Grands prix cyclistes à Québec et Montréal jusqu’en 2023?

Les coureurs du Grand Prix cycliste de Québec 2017

Les coureurs du Grand Prix cycliste de Québec 2017

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Jean-Philippe Martin

Les Grands prix cyclistes de Québec et Montréal figurent dans les plans de l’Union cycliste internationale (UCI) au moins jusqu’en 2023, assure le président de l’événement Serge Arsenault.

Les cycles de négociation de l’UCI pour la tenue d'événement sont d’une durée de quatre ans, rappelle M. Arsenault.

Les Grands prix cyclistes de Québec et Montréal (GPCQM) ont reçu la confirmation récemment, à la suite d'une rencontre du Conseil du cyclisme professionnel, que l’UCI avait ajouté les deux courses à son calendrier pour un autre cycle de quatre ans.

Pour nous, c’est une victoire, commente Serge Arsenault, parce qu’on a l’appréciation des coureurs, des équipes et de l’UCI, comme quoi, on est parmi les plus grandes épreuves au monde.

M. Arsenault rappelle toutefois que les villes auront le dernier mot. Elles seront libres de poursuivre ou de se retirer du partenariat valide depuis 2010.

Ce sera leur décision. Si ces deux villes-là nous disaient : “on n’en veut plus”, il n’y aurait pas d'amertume. Mais, je ne pense pas que ça va arriver. Il y aura des grands prix à Québec et Montréal, entre 2020 et 2023.

Serge Arsenault, président des Grands Prix Cyclistes de Québec et Montréal

Serge Arsenault, président des Grands Prix Cyclistes de Québec et Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

2020... à 99,9 %

Déjà, les deux classiques d’une journée sont prévues au calendrier du circuit World Tour de l’UCI pour 2020, dévoilé mercredi.

Le peloton, formé des meilleurs cyclistes de la planète, s'attaquera au parcours de Québec le 11 septembre 2020, avant de prendre la direction de Montréal, où l’épreuve sera présentée deux jours plus tard, le 13 septembre 2020.

Le président des GPCQM Serge Arsenault soutient que le montage financier, qui comprend une participation à hauteur de 35 % du budget total de la part des deux paliers de gouvernement ainsi que des villes de Québec et de Montréal, devrait être complété sous peu.

Le financement pour 2020 n’est pas bouclé à 100 %, j’y travaille actuellement. Deux partenaires sur quatre ont signé, les deux autres devraient être réglés dans les prochaines semaines, a-t-il dit, sans vouloir préciser qui avait déjà signé l’entente.

Les cyclistes en tête de la course lors du sprint final

Les cyclistes en tête de la course lors du sprint final

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Une place au cyclisme féminin

Serge Arsenault réitère son désir de bonifier les GPCQM. Il aimerait que les festivités s'étalent sur plusieurs jours avec l’ajout de nouvelles épreuves.

Qu’est-ce qu’on peut ajouter pour en faire un festival d’une semaine?, lance-t-il. Il faut d’autres trucs qui vont faire que du mardi au dimanche à Québec et Montréal, ce soit un feu roulant d’événements.

Le président des GPCQM estime que la solution passe entre autres par le cyclisme féminin, qu’il juge indispensable au développement du cyclisme professionnel à travers le monde.

J’ai une pression éthique dans mon coeur : qu’est-ce qu’on peut faire pour les femmes en cyclisme? Elles méritent d’avoir leur scène où elles pourraient s’exprimer, au plus haut niveau.

Il faut que les jeunes filles de 14 ans puissent rêver de devenir cyclistes professionnelles. Présentement, il n’y a pas d’offre.

Serge Arsenault, président des Grands prix cyclistes de Québec et Montréal

Québec

Cyclisme