•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil municipal d’Ottawa réitère son appui au refuge de l’Armée du Salut dans Vanier

Le croquis du nouveau refuge pour l'Armée du Salut montre un édifice de cinq étages.

Le nouvel édifice controversé de l'Armée du Salut dans le quartier Vanier d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les élus municipaux d’Ottawa ont rejeté mercredi par une mince majorité de 12 contre 10 la motion du conseiller Mathieu Fleury qui visait à abroger l’approbation du controversé projet de refuge de l’Armée du Salut dans Vanier.

M. Fleury, conseiller municipal de Rideau-Vanier, voulait faire valoir à ses collègues qu’il fallait invalider la décision du précédent conseil, puisque certains élus de l’époque ignoraient que l’Armée du Salut n’est pas propriétaire du terrain sis au 333, chemin de Montréal.

Il n’est cependant pas illégal de demander un changement de zonage d’une propriété sans en être propriétaire.

On est satisfaits du résultat. On a été transparents tout au fil [du processus] à propos de la transaction de l’achat de la propriété, a réagi le directeur général de l'Armée du Salut à Ottawa, Marc Provost, tout juste après le vote.

Marc Provost en entrevue à Radio-Canada

Le directeur général de l'Armée du Salut à Ottawa, Marc Provost (archives).

Photo : Radio-Canada

Selon le porte-parole de l’organisme, Glenn Van Gulik, l'Armée du Salut a toujours maintenu qu’elle avait une offre d’achat, conditionnelle à l’approbation d’un changement de zonage.

En novembre 2017, le conseil municipal de l’époque avait voté à 16 contre 7 pour un changement de zonage permettant l’implantation du refuge de 350 lits proposé par l’organisme de bienfaisance.

Une lutte ad vitam aeternam, insiste Mathieu Fleury

L’Armée du Salut n’arrivera pas chez nous. On sera en cour ad vitam aeternam pour défaire ça, a insisté le conseiller Mathieu Fleury, dans la foulée du vote, mercredi.

Mathieu Fleury est debout au milieu d'un couloir.

Mathieu Fleury, conseiller municipal de Rideau-Vanier (archives).

Photo : Radio-Canada

Loin d'être surpris par le résultat, il a souligné que l'avenir du projet sera déterminé en octobre devant le Tribunal d’appel de l’aménagement local.

L’Armée du Salut a pour sa part modifié ses plans, mardi, en annonçant notamment qu’il y aura finalement de 70 à 100 lits d’hébergement d’urgence, plutôt que 140, et qu’elle gardera ses services de traitement des dépendances à son centre de la rue George.

Le conseiller Fleury reste toutefois de glace devant ces modifications. L’Armée du Salut a eu deux ans pour écouter et engager la communauté. J’ai toujours demandé ces éléments-là, ils ont toujours refusé. Ils voient que l'argent n’est plus disponible, a-t-il martelé.

Avec les informations de Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Politique municipale