•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 2 M$ pour soutenir les entreprises des MRC de la Vallée-de-l'Or et d'Abitibi

Trois homme et deux femmes posent pour la caméra après une annonce du gouvernement du Québec.

Éric Desaulniers, Pierre Dufour, Marie-Eve Proulx, Pierre Corbeil et Claire Bolduc ont participé à cette annonce.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Alexia Martel-Desjardins

Les MRC de la Vallée-de-l'Or et d'Abitibi pourront offrir un montant de 900 000 $ chacune aux entreprises de leur territoire grâce à la création de fonds locaux de solidarité (FLS).

L'annonce de ces FLS a eu lieu le 26 juin. Le fonds est le fruit d'une collaboration des MRC, de la Fédération québécoise des municipalités, du gouvernement du Québec et des Fonds locaux de solidarité FTQ.

Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil, considère que les 50 000 $ que la MRC a dû débourser pour accéder au fonds représentent un investissement justifié.

« Quand vous mettez 50 000 $ dans quelque chose, et puis que vous avez une enveloppe de 900 000 $ à la disposition des entrepreneurs d'ici, jeunes et moins jeunes, des gens qui veulent passer à la relève, qui veulent transférer, des gens qui veulent prendre de l'expansion, vous conviendrez avec moi que c'est un magnifique effet de levier », a-t-il dit en marge de l'annonce.

Contributions

Les MRC devaient contribuer avec un montant de 50 000 $ pour avoir accès au fonds. La FQM a déboursé pour un montant de 100 000 $ et le Fonds de solidarité un montant de 750 000 $, totalisant 900 000 $ par MRC.

Claude Balleux, président de la Chambre de commerce et d'industrie du Centre-Abitibi (CCICA), se réjouit du fait qu'il est possible pour les entrepreneurs d'appliquer rapidement pour les fonds.

« Je suis content aussi de constater que c'est en vigueur dès maintenant, dit-il. Il n'y a pas un délai de six mois avant l'adoption d'une politique d'investissement, choses qui sont nécessaires, mais qui sont déjà toutes faites, alors ça, c'est merveilleux. »

Trois hommes et trois femmes posent pour la caméra.

Une annonce similaire a eu lieu à Amos en après-midi.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

La ministre déléguée au développement économique régional, Marie-Eve Proulx, explique que le FLS permettra à des entreprises locales d'avoir accès à des fonds qui ne leur étaient pas disponibles autrefois.

« Dans une région comme la vôtre ici, ce qui est important, ce sont les services de proximité. Des fois, de maintenir un dépanneur ou une épicerie de village en vie va faire en sorte qu'un village va grandir, va exploser, va voir un meilleur développement local, il va y avoir un dynamisme qui va s'installer, dit-elle. Ce fonds-là vise aussi à soutenir ce genre de projets-là qui ne trouvent pas de financement dans les institutions financières habituelles, ce qui fait qu'il y a une prise de risque supplémentaire qui est très positive pour les régions. »

La Vallée-de-l'Or et d'Abitibi se joignent ainsi aux 84 MRC qui ont créé un fonds local de solidarité.

Les entreprises souhaitant appliquer au fonds devront le faire auprès du service de développement local et entrepreneurial à la MRC de la Vallée-de-l'Or et au Centre de développement local de l'Abitibi, respectivement, où les conseillers évalueront les demandes et octroieront les montants selon les besoins.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale