•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brenda Schuff reconnue coupable de meurtre au deuxième degré de sa voisine

Un visage de femme

Brenda Schuff a témoigné qu'elle avait bu quelques verres la nuit de la mort de Judy Kenny, mais qu'elle n'était pas en état d'ébriété.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un jury a déclaré Brenda Schuff coupable de meurtre au deuxième degré de la mort de sa voisine Judy Kenny en 2017. La Couronne a démontré devant un jury de la Cour du Banc de la Reine que Brenda Schuff avait battu et poignardé sa voisine à plusieurs reprises après avoir consommé de l'alcool dans le logement de la victime, dans le quartier Wolseley.

Les membres du jury ont reconnu l'accusée coupable de meurtre non prémédité après avoir commencé leurs délibérations mardi après-midi.

Le 10 avril 2017, Judy Kenny, âgée de 54 ans, avait été retrouvée aux premières heures du jour étendue sur le dos sur le sol de sa cuisine, portant plusieurs blessures par arme blanche à la poitrine et un couteau de cuisine logé dans la tête.

Brenda Schuff et Judy Kenny ne se connaissaient pas avant la nuit de la mort de cette dernière. Elles se sont rencontrées alors que Judy Kenny était à la recherche d'un chien disparu, a déclaré la procureure Debbie Buors devant le jury.

L'avocat de la défense, Matt Gould, a expliqué que Brenda Schuff s’est défendue pour sauver sa vie lors d’une altercation violente avec Judy Kenny.

Brenda Schuff a témoigné pour sa propre défense lors du procès, indiquant au jury que Judy Kenny l'avait attaquée alors qu'elle tenait un couteau. Elle a dit qu'elle pensait que celle-ci allait la tuer.

Devant le jury, elle a raconté qu'elle se souvenait d'avoir frappé Judy Kenny au front, mais qu'elle ne se souvenait pas des événements qui avaient suivi. Elle a également dit ne pas se souvenir d'avoir poignardé la victime.

Un rapport de toxicologie indique que la concentration d'alcool dans le sang de Judy Kenny était quatre fois supérieure à la limite légale de conduite et qu'elle prenait des antidépresseurs et des somnifères.

Brenda Schuff a témoigné qu'elle avait bu quelques verres la nuit de la mort de Judy Kenny, mais qu'elle n'était pas en état d'ébriété.

Après la lecture du verdict mercredi matin, Brenda Schuff a été conduite en détention.

Manitoba

Procès et poursuites