•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 choses à savoir avant le retour des déchets canadiens à Vancouver

Un porte-conteneurs dans un port.

Le Bavaria a quitté les Philippines en direction de Vancouver, rapportant au Canada les conteneurs remplis de déchets qui avaient traversé l'océan il y a plus de six ans.

Photo : Associated Press / Aaron Favila

Mugoli Samba

Les 69 conteneurs de déchets canadiens qui pourrissent depuis plus de 6 ans aux Philippines arriveront au Port de Vancouver le 29 juin, vers 10 h.

Les navires chargés de cette livraison ont quitté les Philippines le 1er juin. L’opération coûte 1,1 million de dollars au gouvernement canadien.

1. Qu'arrivera-t-il aux déchets une fois arrivés au Canada?

Les déchets seront incinérés dans un incinérateur avec récupération d'énergie à Burnaby, dans le Grand Vancouver. L'incinérateur alimente déjà près de 16 000 foyers par an en énergie. Selon des représentants de Metro Vancouver, il faudra deux jours pour brûler les déchets.

2. Comment est-ce que les déchets sont arrivés aux Philippines?

Des conteneurs maritimes qui contiennent des déchets.

Des conteneurs maritimes chargés de déchets canadiens avaient été mal étiquetés.

Photo : Radio-Canada / Yas Coles

En 2013 et en 2014, la société d’exportation Chronic a livré plus de 100 conteneurs mal identifiés aux Philippines. Ils devaient contenir des plastiques destinés au recyclage, mais étaient plutôt remplis de près de 2500 tonnes de déchets domestiques canadiens.

3. Quelle était la réaction du gouvernement philippin?

Le président philippin Rodrigo Duterte lors d'une allocution.

Le président philippin, Rodrigo Duterte

Photo : Associated Press / Bullit Marquez

Le gouvernement philippin a initialement éliminé les ordures de 34 conteneurs, mais l’objection d’environnementalistes et d’autorités locales l'a conduit à exiger que le Canada rapatrie les 69 conteneurs restants.

Les déchets ont alors fait l’objet d’un conflit diplomatique entre le Canada et les Philippines. En 2016, un tribunal des Philippines avait ordonné le retour des déchets au Canada. En avril 2019, le président philippin, Rodrigo Duterte, avait même menacé de déclarer la guerre au Canada et de retourner les déchets si le Canada ne venait pas les chercher.

4. À qui le blâme?

La ministre Catherine McKenna lors d'une allocution.

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Je ne peux pas fournir plus d'information sur les recours légaux potentiels, si ce n'est que toutes les options possibles pour exiger de l'exportateur qu’il prenne ses responsabilités sont étudiées, a déclaré la porte-parole d'Environnement Canada, Sabrina Kim, en mai dernier.

La société d’exportation Chronic, qui a livré les déchets, a fermé ses portes.

Une partie de la solution, c’est de responsabiliser les entreprises qui exportent illégalement des déchets vers d'autres pays, avait déclaré la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.

Selon certains experts, le gouvernement canadien n’est pas exempt de responsabilités.

Le Canada est, entre autres, signataire de la Convention internationale de Bâle, qui interdit l’envoi de « déchets toxiques ou dangereux dans les pays en développement sans leur consentement éclairé ».

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement