•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clinique de fertilité : un des enfants biologiques du Dr Barwin veut une vaste réflexion

Mme Dixon accorde une entrevue à Radio-Canada.

Rebecca Dixon demande une réflexion pancanadienne au sujet de « l'industrie de la fertilité ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une résidente d’Ottawa, dont le père biologique est le médecin radié spécialisé en fertilité Bernard Norman Barwin, demande une vaste réflexion au sujet de ce qu’elle appelle « l’industrie de la fertilité ».

Rebecca Dixon remet en question le principe de l’anonymat des donneurs de sperme dans le contexte actuel.

La femme de 28 ans ouvre le débat au lendemain de la radiation du Dr Barwin par l’Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario pour avoir utilisé son sperme ou celui de donneurs inconnus. Il aurait ainsi inséminé des femmes sur une période de 30 ans à sa clinique d'Ottawa.

Il y a des raisons pour privilégier l’anonymat, mais je pense qu’on doit avoir une conversation de société, soutient-elle. Est-ce que c’est possible? Est-ce que c’est ce qu’on veut?

Elle souligne que la technologie actuelle permet aux citoyens d’effectuer des tests d’ADN abordables. Pour Mme Dixon, « ce n’est peut-être pas possible de rester anonyme » de nos jours.

On n’a pas vraiment eu cette conversation à propos de la façon dont on veut que cette industrie fonctionne. Quels sont les problèmes? Quels sont les droits des enfants?

Rebecca Dixon

Rebecca Dixon a tenu à s’exprimer sur le sujet afin que d’autres personnes se trouvant dans la même situation puissent obtenir l’information nécessaire à d’éventuelles démarches.

On parle des familles directement affectées, mais ça affecte les enfants et les petits-enfants à travers des générations, a-t-elle lancé.

Une poursuite civile à venir

La radiation du Dr Barwin ne signifie pas pour autant que le dossier est clos, puisque le médecin est poursuivi au civil dans un recours collectif.

Au moins 11 des plaignants sont ses enfants naturels, qui sont identifiés dans la poursuite, dont Rebecca Dixon. Ce recours n'a toutefois pas encore été autorisé.

Toutes les allégations contre le Dr Barwin n'ont pas non plus été prouvées devant les tribunaux jusqu’à présent.

Le médecin a abandonné sa pratique en 2014, après avoir été sanctionné l’année précédente par l’Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario pour avoir inséminé artificiellement trois femmes avec le sperme du mauvais donneur.

Avec les informations de Claudine Richard

Ottawa-Gatineau

Santé publique