•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Québécoise dirigera la mission de l'OTAN en Irak jusqu'en novembre 2020

Des militaires discutent.

Des soldats canadiens et des combattants kurdes, en février 2017, dans le nord de l'Irak.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Le Canada restera une année de plus à la tête des forces d’entraînement de l’OTAN en Irak, et c’est une Québécoise qui commandera les troupes, a annoncé mercredi, le ministre de la Défense Harjit Sajjan.

C'est à la brigadière-générale Jennie Carignan que sera confiée cette mission. Elle commande actuellement la 2e Division du Canada et la Force opérationnelle interarmées (Est) et obtiendra, cet automne, le titre de major-général, a indiqué le ministre Sajjan dans un communiqué de presse, la décrivant comme « une dirigeante accomplie ».

Environ 250 soldats canadiens sont actuellement en Irak pour assurer le transport et la sécurité des autres nations de l’OTAN engagées notamment dans la formation de l’armée irakienne.

Jennie Carignan fait partie de la douzaine de femmes à servir à ce niveau de commandement dans les Forces armées canadiennes. Elle a occupé divers postes de haut rang, notamment celui de chef d'état-major.

Elle a aussi commandé le 5e Régiment du génie de combat et dirigeait, en 2010 à Kandahar, un groupe d'ingénieurs chargés de la reconstruction d’infrastructures en Afghanistan, dans l’ancien fief des talibans.

La brigadière-générale Jennie Carignan

La brigadière-générale Jennie Carignan

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

À 51 ans, cette mère de quatre enfants a également été à l'avant-garde du débat sur les tentatives de l'armée pour éliminer les inconduites sexuelles dans ses rangs. En décembre dernier, elle a notamment rédigé un article d'opinion dans la section des nouvelles de l'armée du ministère de la Défense nationale, qui n’est pas passé inaperçu.

Réputation de dur à cuire

Elle y écrit que l'armée acceptait depuis trop longtemps une conduite inappropriée dans les rangs. Nous avons toléré ces comportements dans le passé comme "faisant partie de la culture". En fait, ces comportements n'auraient jamais dû faire partie de notre culture, y affirme-t-elle.

Des sources au sein de l'armée, ont indiqué à CBC que Jennie Carignan a une réputation de dure à cuire et qu'elle n'hésite pas à licencier des subordonnés qui ne répondent pas aux attentes.

Elle remplacera le major-général Dany Fortin, l'actuel commandant de la mission d'entraînement qui compte 580 instructeurs de l'OTAN, incluant le contingent canadien.

Le Canada dirige cette mission depuis juillet dernier et devait initialement céder les rênes à un autre pays à la fin du mois, mais il la dirigera finalement jusqu’en novembre 2020.

Plus au nord sur le terrain, 600 membres de forces spéciales canadiennes ont déjà prévu de prolonger leur mission qui consiste à conseiller et à assister les forces locales dans leur lutte aux combattants islamistes de Daech.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International