•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rouyn-Noranda refuse un changement de zonage pour un 2e bar de danseuses

Des personnes se lèvent et applaudissent durant une séance du conseil municipal.

Les opposants au projet de deuxième bar de danseuses se sont réjouis de la décision du conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Alexia Martel-Desjardins

La salle du conseil de Rouyn-Noranda était remplie avant même le début de la séance du 25 juin. De nombreux citoyens se sont présentés pour exprimer leur opinion à propos d'un projet de modification de règlement de zonage, qui aurait autorisé des activités à caractère érotique dans un établissement. Le projet a finalement été rejeté par les membres du conseil.

Le bâtiment dont il était question est situé sur la rue Monseigneur-Tessier Est, là où se trouve présentement le bar L'échappée Belle, anciennement Le Sportif.

À la suite de nombreuses interventions publiques des citoyens, les membres du conseil municipal ont ajourné la séance pour aller discuter en huis clos. À leur retour, la mairesse Diane Dallaire a annoncé que le conseil avait pris la décision de cesser les démarches pour la demande de modification de zonage.

«Ce que l'on a considéré beaucoup, c'est la présence, vraiment, de 690 signatures qu'on nous a présentées. Je crois que cette volonté-là citoyenne pour qu'il n'y ait pas cette prolongation de zonage était quand même suffisante pour nous permettre de prendre cette décision».

Les citoyens qui s'étaient rassemblés pour s'opposer au projet se sont levés et ont chaudement applaudi la décision du conseil.

Renée-Maude Robin, intervenante communautaire au Point d'appui et porte-parole du comité citoyen et citoyennes opposé à la présence d'un deuxième bar de danseuses à Rouyn-Noranda, dit que le comité est très satisfait de la décision du conseil.

Premièrement, il y en a déjà un dans notre ville, on aimerait autre chose, il y avait aussi des témoignages de femmes qui avaient vécu des expériences négatives dans ce type d’établissement, non seulement à l’extérieur de la région, mais ici en Abitibi-Témiscamingue, a-t-elle observé.

Renée-Maude Robin a précisé que l'endroit où était situé le possible bar à caractère érotique dérangeait les citoyens, vu son caractère plus résidentiel et familial. Il y a beaucoup de gens qui vivent là. Ce n'est pas nécessairement la Principale où il y a des commerces, il y a une boutique de jouets, des organismes communautaires.

Des citoyens s'expriment

De nombreux citoyens ont pris la parole pour dénoncer la demande de modification de zonage. Parmi eux, Gabrielle Arseneau, du comité citoyen et citoyennes s'opposant à la présence d'un deuxième bar de danseuses à Rouyn-Noranda, a déclaré qu'un deuxième bar de danseuses nuirait à la communauté et à la défense des droits des femmes.

Ces pratiques commerciales freinent toutes les actions entreprises visant l'amélioration des conditions de vie des femmes et l'élimination de toutes les formes de violence à leur égard en plus d'avoir des impacts multiples sur les rapports entre les hommes et les femmes, soutient-elle.

Quel genre de relations entre les hommes et les femmes sommes-nous en train de promouvoir dans notre société?

Gabrielle Arseneau

Des promoteurs du bar dont il était question étaient présents et sont également allés au micro pour défendre leur projet. Sébastien Blais, propriétaire du bar L'Échappée Belle, a affirmé que la présence d'un deuxième bar à caractère érotique était justifiée.

Un homme parle au micro lors d'une séance du conseil.

Sébastien Blais, propriétaire du bar L'Échappée Belle, a fait valoir son point devant le conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

La demande est très forte, cela va offrir aux clients une meilleure diversité, a-t-il indiqué. Nous voulons offrir des spectacles de meilleure qualité dans un endroit propre, encadré et sécuritaire.

Sébastien Blais et les personnes qui l'accompagnaient sont partis rapidement après que le conseil ait annoncé sa décision de mettre un terme au projet de règlement de modification de zonage.

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale