•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de méga camping : Shediac fait son devoir, assure le maire

Roger Caissie en entrevue

Le maire de Shediac, Roger Caissie, dit comprendre les arguments des opposants au projet de méga camping.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Municipalité de Shediac est à l’écoute de tous les intervenants dans le projet de construction d’un méga terrain de camping, mais ses moyens d’agir sont limités, explique le maire Roger Caissie.

Le conseil municipal a tenu une consultation publique sur le projet du méga camping de la paroisse anglicane de Shediac, lundi soir. Plusieurs résidents ont exprimé leur opposition au projet. Ils veulent notamment conserver le terrain vert et humide visé par le promoteur.

Une pancarte de la municipalité devant le terrain indique que le zonage a changé.

Plusieurs opposants au projet de méga camping veulent protéger ce terrain vert et humide.

Photo : Radio-Canada

Le conseil municipal comprend ces prises de position, assure le maire.

Le conseil municipal [lundi] soir durant l’audience publique a eu la chance d’écouter les objections au développement proposé [...] C’est important d’écouter la critique d’un développement quelconque, peu importe si c’est le camping ou autre chose. On a eu la chance de l’écouter pendant presque trois heures [...] Ce sont toutes de bonnes choses à écouter, affirme Roger Caissie.

Le conseil municipal a voté en première lecture pour le report de trois ans demandé par le promoteur quant au début de la construction. L’ampleur du projet a grandement diminué. On proposait au début un camping de 750 places. Il est maintenant question de 110 places, précise le maire, mais cela ne change rien pour les autorités municipales.

Ce n’est pas vraiment le rezonage du conseil municipal qui va définir l’amplitude du projet. C’est plutôt l’étude d’impact environnemental qui va décider quelle partie de ce terrain-là qu’un [promoteur] peut utiliser, souligne Roger Caissie.

Lorsque le conseil municipal a accepté le projet en 2014, il a imposé 14 conditions au promoteur, ce qui est bien au-delà d’un rezonage, conclut le maire.

Nouveau-Brunswick

Politique municipale