•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province veut discuter avec Ottawa du financement de l’Université de l’Ontario français

Un dessin représentant une école. On y voit un drapeau franco-ontarien et des finissants.

La direction de l'Université de l'Ontario français se réjouit du signe d'ouverture de la province.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien accepte « d’entamer un dialogue constructif » avec le fédéral au sujet de la contribution financière d’Ottawa au démarrage de l’Université de l’Ontario français.

Dans une lettre envoyée mardi à la ministre fédérale de la Francophonie Mélanie Joly, les ministres ontariens des Affaires francophones, Caroline Mulroney, et des Collèges et Universités, Ross Romano, répètent que le gouvernement veut aller de l’avant avec ce projet quand sa situation financière le lui permettra.

La ministre des Affaires francophones Caroline Mulroney

La ministre des Affaires francophones Caroline Mulroney

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Les ministres soulignent aussi qu’ils sont intéressés par la flexibilité des programmes fédéraux et par le fait qu’Ottawa pourrait soutenir les coûts de démarrage de l’Université.

Le gouvernement fédéral a déjà, dans le passé, fourni un appui financier pour la mise sur pied d’institutions postsecondaires pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire, peut-on lire dans la lettre. C’est avec grand intérêt que nous accueillons cette information au nom du gouvernement de l’Ontario.

De son côté, l’Université de l’Ontario français se réjouit de la décision du gouvernement de l’Ontario d’entamer la discussion avec le gouvernement fédéral sur leurs contributions respectives.

Dans un communiqué, l’Université souligne qu’elle a travaillé avec le gouvernement Ford pour trouver des solutions pour financer le projet dans le contexte d’austérité budgétaire de la province. Elle compte continuer à collaborer étroitement avec les deux ordres de gouvernement pour en arriver rapidement à une entente de principe sur le financement de l’établissement.

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) indique aussi accueillir avec optimisme et enthousiasme la correspondance des ministres Mulroney et Romano.

Nous restons évidemment prudents et attendons de voir ce qui ressortira des discussions entre les gouvernements provincial et fédéral, mais il est clair que c'est un pas en avant qui démontre que le gouvernement de l'Ontario entend les préoccupations de sa population francophone, écrit le coprésident de l'organisme, Radi Shahrouri, dans un communiqué.

Un homme avec des lunettes

Le député néo-démocrate Guy Bourgouin

Photo : Radio-Canada

Le député néo-démocrate Guy Bourgouin accuse le gouvernement Ford de faire de la politique, à l’approche des élections fédérales.

Les néo-démocrates ne donneront pas la chance à Doug Ford d’utiliser l’université comme monnaie d’échange lors des élections fédérales, écrit-il dans un communiqué, et ils exigeront un engagement ferme du gouvernement provincial en faveur du financement de l’université.

M. Bourgouin rappelle qu’il y a une semaine à peine, en réponse à la question d’un journaliste, Doug Ford avait déclaré qu’une nouvelle université francophone ne serait pas construite tant que les classes de celles qui existent déjà ne seraient pas pleines.

Toronto

Enseignement universitaire