•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La survie du centre de tri de Mont-Joli menacée

En 1979, l'incendie d'un train transportant des produits dangereux a forcé l'évacuation des résidents de Mississauga, en Ontario.

Radio-Canada

Le prix des matières recyclables sur les marchés menace la survie du centre de tri de Mont-Joli. L’entreprise demande l’aide du gouvernement provincial.

Depuis 2017, le centre de tri, appartenant au Groupe Bouffard et qui dessert 97 municipalités du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, a engrangé des pertes financières totalisant près d'un million de dollars.

Le prix de la fibre de papier et de carton a chuté sur les marchés depuis que la Chine n'achète plus de matières recyclables. L'entreprise réussit tout de même à écouler ses produits auprès des papetières de la province, mais à perte.

Des amas de papier et de cartons au centre de tri de Mont-Joli.

Des amas de papier et de cartons au centre de tri de Mont-Joli, le 25 juin 2019

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

L’entreprise touche une aide financière du gouvernement de 10 $ la tonne pour la fibre de papier et de carton, mais cette mesure est insuffisante, selon le président de Groupe Bouffard, Dominic Bouffard.

Il faut faire quelque chose avec ça. Est-ce qu’on continue à assumer des pertes? se demande M. Bouffard.

Économiquement, c’est très très dur pour notre entreprise.

Dominic Bouffard, président de Groupe Bouffard

Il dit être dans une période de réflexion sur le modèle d’affaires de son entreprise.

Des sacs en plastique difficile à recycler

Le recyclage des sacs en plastique se fait aussi à perte, en plus de créer des problèmes au centre de tri, selon M. Bouffard.

Il explique que les sacs en plastique ont toujours été difficiles à vendre et que le Québec devrait peut-être songer à en bannir l’usage.

Ça a toujours été ça les sacs de plastique, et là, on dirait qu’il y a de plus en plus de sacs de plastique. Nous ce qu’on dit, c’est ayons le courage d’abolir les sacs au Québec.

Un problème répandu

Selon Recyc-Québec, d'autres centres de tri de la province éprouvent des difficultés financières en raison de cette chute de prix.

Selon la porte-parole de l'organisme, Brigitte Geoffroy, la province doit développer une économie circulaire en aidant des entreprises locales à valoriser les matières recyclées pour contrer les effets de la fermeture des marchés chinois sur les centres de tri.

L’organisme a d’ailleurs invité des entreprises de recyclage à proposer des projets qui seront financés par Recyc-Québec. Une vingtaine d’entre elles ont répondu à l’appel.

De son côté, le cabinet du ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques affirme être au courant de la situation et indique qu'un plan pour la gestion des matières résiduelles sera présenté à l'automne.

Dans son dernier budget, le gouvernement du Québec a prévu 100 millions de dollars pour améliorer la gestion des matières résiduelles.

Cet argent servira à moderniser les centres de tri, à réduire l'utilisation du plastique à usage unique et à favoriser l'écoconception.

D'après les informations d'Isabelle Damphousse

Bas-Saint-Laurent

Recyclage