•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine menace de suspendre ses importations de viande canadienne

Une boucherie dans un marché de Pékin.

Les Chinois sont de grands consommateurs de viande de porc.

Photo : Reuters / Jason Lee

Radio-Canada

La Chine fermera ses portes à l'ensemble de la viande canadienne, avertit l'ambassade chinoise au Canada, invoquant des lacunes dans le processus de certification des produits canadiens.

Pékin invoque des raisons sanitaires pour expliquer ces « mesures préventives urgentes » contre les importations canadiennes.

Les autorités douanières chinoises affirment avoir récemment découvert des traces de ractopamine dans une livraison de produits porcins en provenance du Canada. Ce médicament est interdit dans 160 pays, dont la Chine.

Une enquête menée par les autorités canadiennes conclut que 188 certificats médicaux attachés à la livraison de ces produits porcins avaient été contrefaits, selon un communiqué de l’ambassade chinoise au Canada.

Dans une déclaration écrite, la ministre fédérale de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, a confirmé que l'Agence canadienne d'inspection des aliments avait « découvert un problème ayant trait à de faux certificats d’exportation, qui pourrait avoir une incidence sur les exportations de produits du porc et du bœuf vers la Chine ».

Elle précise que les autorités concernées travaillent en étroite collaboration avec leurs partenaires chinois. Le court communiqué souligne que le problème concerne uniquement les certificats d'exportation vers la Chine et qu'aucun autre marché d'exportation n'est touché.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments poursuit quant à elle son enquête.

La Chine menace de suspendre toutes ses importations de viande canadienne dès mercredi. Le ministère de l'Agriculture n'a pu affirmer avec certitude que l'interdiction chinoise était en vigueur. En raison du décalage horaire, les autorités canadiennes étaient incapables d'obtenir une confirmation auprès de leurs homologues à Pékin.

La Chine avait aussi invoqué des raisons sanitaires pour justifier la suspension du canola canadien. La découverte de parasites dans les semences avait alors provoqué la mesure.

Pékin avait par la suite interrompu ses importations de porc, de pois et de soja canadien.

Nouvel épisode de tension

Cette nouvelle escalade dans la querelle commerciale qui oppose les deux pays survient à la veille du départ du premier ministre Justin Trudeau pour le Japon, où il assistera au Sommet du G20.

Le président américain, Donald Trump, a promis d'y défendre les intérêts de son voisin canadien auprès de son homologue chinois, Xi Jinping, lors d'un récent séjour officiel de Justin Trudeau à Washington.

La Chine ferme sporadiquement son marché aux importations agroalimentaires canadiennes depuis l’arrestation de Meng Wanzhou, une personne haut placée du fleuron technologique chinois Huawei.

Deux Canadiens demeurent détenus dans les prisons chinoises. Michael Kovrig et Michael Spavor avaient été incarcérés quelques jours après l'arrestation de Meng Wanzhou à Vancouver.

Cette dernière attend toujours de savoir si elle sera extradée vers les États-Unis, où la justice américaine veut la juger pour fraude.

Selon Sylvain Charlebois, directeur des laboratoires des sciences analytiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie, il ne fait aucun doute que le différend politique qui oppose Ottawa et Pékin sous-tend cette nouvelle attaque chinoise sur l’économie canadienne.

« La Chine utilise toutes sortes d’excuses pour justifier ses mesures, croit le professeur. C’est sûr que la Chine ne peut pas dire au Canada : "On ne vous aime plus par rapport à ce que vous avez fait à Mme [Meng]". Pour la Chine, c’est d’une importance capitale d’envoyer un message clair au Canada, même si on compromet la sécurité alimentaire de notre peuple. C’est quand même assez fort comme signal. »

Pour Gorden Houlden, ancien ambassadeur du Canada en Chine, le Canada est coincé dans un combat qui oppose deux géants.

« Le proverbe dit que lorsque deux éléphants combattent, c’est l’herbe qui souffre. Ici, les éléphants, ce sont la Chine et les États-Unis. L’herbe, c’est le Canada. »

La ractopamine interdite au Canada

Alors que la Chine prétend avoir trouvé de la ractopamine dans des échantillons de produits porcins en provenance du Canada, le directeur général de l’Association des éleveurs de porcs du Québec, Jean Larose, a souligné à RDI Économie que cette substance « est interdite au Québec et au Canada depuis plusieurs années » et qu’il attendrait d’avoir un rapport détaillé de l’Agence canadienne d’inspection des aliments « avant de conclure qu’il y a un problème ».

En ce qui concerne la présumée falsification de 188 certificats vétérinaires, M. Larose a précisé qu’il était pour l’instant « difficile d’obtenir des détails sur la nature de la falsification et si elle provenait d’entreprises québécoises, canadiennes ou d’autres entreprises à l’extérieur du Canada ».

Même s’il a bon espoir que l’industrie trouve d’autres marchés d’exportation, M. Larose rappelle que la Chine représentait, en 2018, un marché de 283 millions de dollars pour les éleveurs de porcs québécois, pour un total d’environ 500 millions au Canada.

Un marché chinois en pleine expansion

Par ailleurs, rien que durant les quatre premiers mois de l'année, le Canada a exporté pour près d'un demi-milliard de dollars de viande en Chine.

Les exportations de boeuf et de veau canadiens connaissaient une ascension fulgurante depuis un an. Le Canada exportait 1500 tonnes de ces viandes de janvier à avril 2018.

Un an plus tard, ce chiffre a bondi à 7667 tonnes pour la même période - une augmentation de près de 400 % en un an.

« S’il n’y avait pas ce conflit et s’il y avait de la bonne foi de la part de Pékin, notre industrie bovine et porcine serait en plein boom, déplore Gorden Houlden. Nos exportations vers la Chine augmentaient de manière fulgurante. Cette croissance arrive aujourd’hui à un arrêt. »

« La Chine vaut 7 milliards de dollars pour notre secteur agroalimentaire, rappelle Sylvain Charlebois. Pour la viande, ça se chiffre à 1 milliard de dollars,  porc et boeuf inclus. C’est beaucoup d’argent et c’est un marché difficile à remplacer. »

Alimentation

Économie